Goma : Accusé de complicité dans un déguerpissement illicite, le colonel Job Alisa demande à ses détracteurs de s’informer sur le rôle de la force publique

 

Trois (03) mouvements citoyens accusent le Commissaire supérieur de la police urbaine de Goma de complicité dans le déguerpissement illégal de la population dans des parcelles situées dans les villages Buhene et Turunga dans le territoire de Nyiragongo et dans le quartier Lac vert ainsi que Kyeshero dans la ville de Goma.

Répondant aux allégations faites contre lui par les mouvements citoyens Coalition citoyenne pour la lutte contre les conflits fonciers, la véranda Mutsanga et le réseau communautaire nouvelle vision Club RC-NVC, le Colonel Job Alisa demande à ces organisations de « s’informer sur le rôle de la force publique dans ce qu’ils appellent déguerpissement illégal ».

Selon lui, ces mouvements citoyens doivent consulter les juristes spécialistes en la matière « avant de s’amuser comme ils le font puisque leur plainte montre qu’ils sont ignorants des décisions judiciaires et du devoir de la PNC quant à ce ».

Lire aussi  Agression rwandaise : Vital Kamerhe évoque l'option militaire, diplomatique et humanitaire comme « plan de sortie de crise »

Ce commandant de la PNC estime aussi que ses accusateurs doivent fournir assez d’effort pour avoir assez d’informations sur la compétence territoriale tout en rappelant qu’il est commandant du commissariat urbain de la PNC Goma et non de du commissariat territorial de nyiragongo (Buhene et Turunga) comme soulevé par ces derniers

« Je ne peux me retrouver dans une opération à nyiragongo que lorsque la force publique du ressort est débordée et cette présence doit se justifier sur et par un ordre de ma hiérarchie.
Tellement que les auteurs de soit disant plainte sont innocents de ne pas être éduqués, de ne pas être informés et surtout dominés par l’ignorance, ils se mettent à parler de mon nom », déplore t-il à ACTU7.CD.

Celui-ci explique en outre que la police ne peut jamais déguerpir la population, « mais elle est requise en qualité de force publique pour accompagner et sécuriser les huissiers de justice chargés de l’exécution d’une décision y relative ».

Lire aussi  RDC-Ituri : 23 miliciens CODECO tués et 2 bastions conquis par l'armée à Djugu

David Lupemba

Lire aussi

Les plus populaires