Affaire RAM, désignation à la CENI…: Moïse Katumbi s’éloigne de Félix Tshisekedi!

 

Le dernier communiqué d’Ensemble pour la République du vendredi 15 octobre démontre à suffisance comment Moïse Katumbi s’éloigne une fois de plus de Félix Tshisekedi. Les deux sociétaires de l’Union sacrée ne s’accordent pas sur certaines questions brûlantes de l’heure. Il s’agit notamment de l’affaire sur le Registre des appareils mobiles (RAM), la désignation des membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI)…


Ensemble pour la République et les deux groupes parlementaires dénoncent le RAM, ou ce qu’ils qualifient de « l’escroquerie d’État est confirmée et les intérêts du peuple ignorés ». Moïse Katumbi et le pouvoir n’émettent pas sur un même diapason. L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) est favorable au RAM « moyennant une bonne dose de communication », avait précisé son secrétaire général Augustin Kabuya. Le Gouvernement, à travers le ministre Kibassa soutient le RAM « qui est conforme aux lois de la République ».

Moïse Katumbi et le camp du pouvoir sont également opposés à la question s’agissant la désignation des membres à la CENI. Ensemble pour la République dénonce « la corruption et la magouille auxquelles le président Mboso recourt dans le dossier de la CENI au détriment du consensus ». Du reste, le camp Katumbi s’oppose à la convocation ce jour de la plénière qui doit examiner le rapport de la commission paritaire.



Ceci « montre sa (Mboso) détermination à mettre sur pied une centrale électorale ayant vocation d’orchestrer un nouveau cafouillage électoral », dit-il. « Des informations faisant état d’éventuels candidats issus d’Ensemble pour occuper des postes au sein de la CENI par des manœuvres de débauchage » comme l’a dénoncé le camp Katumbi n’augurent pas un lendemain meilleur entre Tshisekedi et Katumbi.

Au vu de la dernière sortie médiatique d’Ensemble pour la République, il est clair que tous les ingrédients sont réunis pour que le divorce tant évité ait lieu entre Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi. L’ancien gouvernuer de l’ex-Katanga a fait savoir qu’il s’engage à « réévaluer la situation du pays et sa participation à l’Union sacrée ».
Ensemble estime que « les principes et les valeurs qui ont fondé cette nouvelle plateforme sont trahis chaque jour au profit des intérêts d’un groupe d’individus ». Le divorce est à venir.

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires