Curage des caniveaux à Kinshasa : Où en sommes nous?

La ville province de Kinshasa est loin de voir le bout de tunnel en termes de salubrité dès lors que ses autorités ne font pas preuve d’une vision de développement claire.

Avec le lancement de l’opération Kin bopeto qualifiée aujourd’hui de vaste blague pour avoir montré son caractère piètre, les kinois avaient fondé leurs espoirs de voir la capitale congolaise redorer son blason terni. C’est dans le cadre de Kin bopeto que des equipes ont été déployées pour le curage des caniveaux à Kinshasa. Travaux de charme, c’est le terme qui convient pour résumer le bilan de l’initiative du gouverneur Gentiny Ngobila Mbaka à laquelle l’Office des voiries et drainage, OVD s’est mêlée. Les quelques caniveaux triés sur le volet pour être curés, ne les sont que de nom. Les tas d’immondices sortis de ces caniveaux sont jetés à côté même avant de retrouver leur domicile habituel car jamais évacués.

Sur plusieurs grandes artères de la ville, on peut aisément voir des caniveaux remplis des sables laissant pousser des herbes qui forment à la surprise générale des forêts, cela, à l’indifférence totale de l’autorité urbaine. Situation gravissime, le délabrement de certaines artères avec comme conséquence immédiate des caniveaux qui ne jouent plus leur rôle habituel.


Pour ceux qui connaissent l’histoire de Kinshasa, ils savent que le bâtisseur belge avait plutôt prévu des caniveaux souterrains dans les quartiers et communes résidentiels rendus à ce jour méconnaissables par abandon de l’autorité urbaine. L’avènement des caniveaux ouverts a davantage compliqué la situation. Qu’à cela ne tienne, au nom de la continuité des charges publiques, des analystes invitent l’initiateur de Kin bopeto a réajuster le tir en quittant le domaine de l’énoncé pour celui de l’action.

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires