Tirage au sort à la cour constitutionnelle : Plus versatile que Delly Sesanga n’existe pas !

 

Encore et toujours Delly Sesanga à la sellette cette fois-ci, après le tirage au sort qui a conduit au remplacement du président de la cour constitutionnelle, Dieudonné Kaluba nommé au mois de mai 2021 par ordonnance présidentielle « en violation de la loi malgré l’urgence ».


L’opinion se souviendra du tweet de l’élu de Luiza dans lequel il dénonçait à son temps, l’acte contre lequel il a trouvé des mots forts pour le qualifier : « le bricolage et échafaudage institués depuis 2016 en lieu et place du tirage au sort, ont fait perdre à la Cour sa régularité et compromis son statut. L’avènement d’une cour constitutionnelle indépendante pour garantir, l’Etat de droit reste encore une conquête à entreprendre », estimait-il.

Delly Sessanga n’est pas loin de l’activisme politique lorsqu’il vante son exploit : « Quand j’ai écrit la loi sur la Cour constitutionnelle, j’étais loin d’imaginer l’usage que l’on en fait aujourd’hui. Le respect scrupuleux des procédures de changement de ses membres est un élément de sa légitimité. Le tirage au sort un dispositif clé de son indépendance », fait noter le député.


De la rédaction à la pratique, le président du parti Envol toujours insatisfait. Il estime que le tirage au sort de ce mardi 10 mai à la Cour constitutionnelle est une instauration de la Dictature à la haute cour. L’opinion s’interroge sur cette forme de versatilité et d’instabilité de position dans le chef de ce membre du G13. À quoi rime les faits et gestes de Sessanga? Ça va se savoir!

Et pourtant, l’idéal d’un homme politique est de voir son combat aboutir. À lire les deux tweets du proche de Katumbi, on comprend vite de quel côté se situe l’acteur politique congolais.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires