Crise RDC-Rwanda : Anthony Blinken serait-il Madeleine Albright II ?

 

Il est annoncé à Kinshasa dans les prochains jours. Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken sera à en croire les sources d’Actu7.cd, à Kinshasa et à Kigali mi-août.


Ce qui fait dire aux analystes que le chef de la diplomatie américaine consacrera l’essentiel de son temps à la crise rwando- congolaise. Les deux pays voisins vivent à couteaux tirés depuis quelques mois déjà. La RDC accusant le Rwanda de soutien au groupe terroriste M-23 et de leur côté, les autorités rwandaises font la même chose en accusant le gouvernement congolais de soutien aux FDLR (Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda). Ce qui ferait persister la crise mettant du coup, à rude épreuve les efforts de paix.

Cependant, pour les initiés, le déplacement d’une haute personnalité américaine de cette trempe cache toujours un autre message non dévoilé. La politique a sa profondeur que la profondeur elle-même ignore.
Aussi, l’on se souviendra que pour le même objet, Madeleine Albright, première femme à occuper les charges de secrétaire d’État américain fit le déplacement de Kinshasa non dans le sens de la recherche d’une paix durable mais plutôt pour imposer à Laurent Désiré Kabila ses diktats. Chose que l’ancien chef de l’État congolais ne supporta point. La suite tout le monde la connaît, la crise persista jusqu’à nos jours, ce malgré l’assassinat de M’Zee.
Un internationaliste insistait au média non-aligné que la politique américaine vis-à-vis du Rwanda reste identique peu importe l’administration. À son temps, Albright répéta à Kabila que les Tutsis au pouvoir à Kigali sont la prunelle de l’oeil des américains. L’audace de la dame fut exceptionnelle.



Aussi, à une année des élections, l’interlocuteur d’Actu7.cd faisait-il remarquer que les enjeux sont de taille au regard du déplacement du chef de la diplomatie américaine en Afrique et au Congo. Ici, il faut rappeler que dès son accession à la magistrature suprême, Félix Tshisekedi a tout fait de normaliser les relations avec le pays de l’oncle Sam. C’est dans ce même ordre d’idée, que le vice-premier ministre des affaires étrangères Christophe Lutundula Apala Pen’Apala a été reçu par Blinken à qui il a brossé la situation sécuritaire dans la partie Est de la RDC.

Au regard des éléments avancés ci-haut, les prochains jours pourraient être riches en rebondissements comme disent les anglais, wait and see.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires