Insécurité, balkanisation de la RDC : Tshisekedi et Lumumba, même moral !

 

Ce n’est pas du nouveau les visées de balkanisation du Congo convoité de toutes parts à cause de ses nombreuses richesses à ne retrouver que dans son sol et sous-sol.

Seulement comme par ironie du sort, à chaque période son mode opératoire propre. Ce qui justifie que pendant la période coloniale et aux premières heures de l’indépendance du pays, les puissances occidentales s’affichaient publiquement en faveur du morcellement du Congo pour garder la main mise sur ses richesses via leurs garçons de course congolais. Un vocable fut alors d’usage, la sécession. Le Katanga et le Kasaï furent retirés du Congo pour devenir des Républiques autonomes. Plutard, le sentiment et la volonté de vivre en commun eurent raison des fauteurs des troubles et autres sécessionnistes.

Comme si cela ne suffisait pas, voilà que plusieurs années après, le projet de balkanisation du Congo refait surface. Comme souligné avec un autre mode opératoire. Se servir des pays voisins et des groupes armés pour semer l’insécurité et au finish accomplir le rêve de morcellement longtemps caressé. Le pillage des richesses du pays reste le mobile inavoué.


À chaque période un leader. Si pendant la période post coloniale, Lumumba est cité comme acteur principal anti balkanisation peu importe la méthode employée, soixante ans après, c’est Félix Tshisekedi pour dire non à l’insécurité et à la balkanisation du Congo. Même moral pour les deux fils du pays. Force est de rappeler que comme par un hasard de l’histoire, Tshisekedi et Lumumba, ont eu pour lieu par excellence de dire leurs pensées, la Tribune de l’organisation des Nations Unies.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires