Pression sur Kagame : la RDC veut la paix, la Belgique soutient

 

Depuis plus deux mois déjà, la diplomatie congolaise a résolu de passer à l’étape supérieure en nommant le Rwanda comme pays agresseur de la République Démocratique du Congo, RDC via les terroristes du M-23.

Malgré les dénonciations, le Rwanda s’obstine et ferme même les oreilles à tous les appels au retrait de la milice qui occupe la cité commerciale de Bunagana. La population de ce coin de la RDC vit la pire cruauté sous les bottes des militaires Rwandais déguisés en rebelles. Toutes les initiatives en faveur du retour à la paix par le dialogue tardent jusqu’à présent à donner l’enfant tant entendu.

Une mauvaise foi qui n’enlève rien de la volonté des autorités congolaises d’en finir avec une insécurité loin de dire son nom. Les initiatives se multiplient.


C’est dans ce cadre qu’il faut saluer le discours du premier ministre belge Alexandre De Croo demandant le départ de la MONUSCO pour incapacité de protéger la population et de mettre fin à la guerre depuis 23 ans. Ce discours vient en appui à celui du président congolais, Félix Tshisekedi. Il faut dire que la Belgique est le premier européen pays à dénoncer le drame de l’Est. Exigeant au M-23 de quitter Rutshuru, le souverain Belge est même arrivé dans l’Est du du Congo où, il a vécu la tragédie.

Lire aussi  CCRSA : le Secrétariat Général en réunion extraordinaire pour désigner le successeur de Mingiedi Mbala

La Belgique ancienne puissance coloniale est aussi sur tous les fronts en élevant la voix contre l’insécurité qui a déjà fait plusieurs morts dans l’Est du pays. Le Congo peut compter sur l’appui des autorités belges dans le combat contre les groupes armés qui sévissent dans la partie l’Est de son territoire national.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires