Montagnes d’immondices, banditisme, obscurité, initiatives de salubrité mort-nées, anarchie multiforme, routes délabrées…Voici l’image de Kinshasa sous Ngobila (Tribune)

 

L’étau se resserre sur l’actuel gestionnaire de la ville province de Kinshasa à une année de la fin du premier mandat de Félix Tshisekedi.

Sur les multiples défis qui bloquent l’émergence de la capitale, les bonnes consciences ne retiennent pas un qui ait été vaincu par Ngobila Mbaka.

Montagnes d’immondices, banditisme, obscurité, initiatives de salubrité mort-nées, manque d’eau potable, anarchie multiforme, routes délabrées etc, ce tableau sombre est celui qu’a toujours affiché la capitale de la République Démocratique du Congo.
Miroir du pays, l’ancienne Léopoldville a perdu sa saveur à telle enseigne que divers qualificatifs lui ont été collés. Jadis Kinshasa la belle, la mégalopole de 10 millions d’habitants revêt désormais l’étoffe de Kinshasa la poubelle à cause des montagnes d’immondices qui jonchent les rues faute d’une politique d’évacuation adaptée.


Pourtant dans cette ville aujourd’hui confrontée à une expansion démographique incontrôlée, existait un service d’hygiène doté des moyens pour la propreté des espaces habités. Kinshasa a perdu sa beauté d’antan faute d’un leadership visionnaire. À ce mal, se joignent le banditisme parmi les jeunes, la délinquance juvénile, la disparité scolaire liée aux conditions sociales des familles. Il ne fait plus beau vivre dans une ville où l’obscurité dicte sa loi. C’est du reste l’une des causes du phénomène Kuluna. Loin de là, l’absence de l’électricité freine l’industrialisation. Plusieurs coins de la capitale furent répétés industriels, où en sommes nous sur ce point?

L’anarchie multiforme bat le record dans la capitale congolaise. Outre les constructions anarchiques, la loi du plus fort demeure la règle. Kinshasa n’a plus des routes à l’indifférence totale de l’autorité urbaine, l’eau potable est devenue une denrée rare alors que la ville est traversée par plusieurs rivières ou cours d’eau. La liste des maux qui rongent la capitale RD- Congolaise est longue au point de nécessiter avant tout, une volonté politique et une vision à impact visible. Les initiatives mort-nées auxquelles se joignent le culte d’homme au nom des intérêts mesquins et égoïstes sont à combattre à tout prix.

Zamenga Odimbale

 

Lire aussi

Les plus populaires