Refus des transporteurs d’acheminer le matériel militaire en RDC : Ce sale jeu de la communauté internationale

Depuis un bail avec l’avancée des FARDC sur le front des opérations contre les groupes armés notamment, les terroristes du M-23 et l’armée rwandaise, il s’observe une certaine agitation suspecte de la communauté internationale.

L’heure est à la mise à nu des instigateurs de la guerre dans la partie Est de la RDC. Pendant que le pays de Lumumba éprouve de plus en plus un besoin ardent d’armement, la communauté internationale via l’ONU qu’elle régente s’emploie elle, à lui mettre le bâton dans les roues. Les subterfuges se succèdent. Officiellement, le pays n’est pas sous embargo depuis 2018. Mais doit requérir une notification auprès du comité des sanctions de l’ONU pour tout achat ou acquisition d’armement.

Salle jeu des maîtres du monde, souvent donneurs de leçons. Il s’agit bel et bien d’un embargo camouflé. Si non, comment expliquer que des transporteurs et fabriquants d’armes refusent de traiter avec la RDC? À en croire, les autorités congolaises, même des banques refuseraient de traiter avec le pays. Un cas de complicité avérée dans le drame des congolais dont le pays est menacé de balkanisation. Travailler pour l’annulation de l’autorisation semble vain. Les congolais doivent plutôt se lever comme un seul homme pour dire non à la duplicité de la communauté internationale qui se trouve être le vrai soutien des groupes armés via le Rwanda.


Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires