Vodacom : La honte dans le monde cellulaire !

C’est tout le monde du moins la quasi-totalité des abonnés Vodacom qui s’inquiètent des désagréments dans la fourniture des services de ce réseau.

Lancé le 1er mai 2002, Vodacom Congo SA s’est illustrée par un marketing qui lui a attiré du monde sous le message, meilleur réseau ou le réseau de la qualité. Une supercherie qui s’est dévoilée sans effort aucun au fil des années. Vodacom fait désormais la honte du monde cellulaire. Où en sommes nous aujourd’hui ? Le leader occupe la queue. Un autre élément à souligner ici est le non paiement d’impôts par cette grande entreprise ayant amassé la manne en République Démocratique du Congo. Aucun congolais digne de ce nom, ne saurait oublier que ce géant du cellulaire a renfloué ses caisses en un temps court avec la complicité des hommes forts du régime passé.

Se prenant pour intouchable vu sa puissance financière, Vodacom « s’est placée dans une mauvaise posture en escroquant l’Etat congolais », déplore un spécialiste. Dura lex sed lex. À ce jour, plusieurs de ses agences ont été scellées. Une honte pour le leader. La DGI réclame des centaines de milliers de dollars à cette entreprise acculée de toutes parts pour insolvabilité.


Un abonné craignant le pire, genre fermeture au regard des faits pour lesquels Vodacom est accusée, cherche, des explications claires sur l’avenir de l’entreprise championne des transactions électroniques sans pourtant, verser les droits de l’État congolais. Aux services compétents de se saisir du dossier.

Lire aussi  Probable rencontre Tshisekedi-Kabila : la CENCO à la manoeuvre

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires