L’État congolais appelé à s’impliquer pour déclasser l’Airbus A330 de CAA qui vient de frôler le crach pour la 6e fois (Témoignage)

 

Le secteur de transport aérien congolais est un trou noir. Encore une fois, un cercueil volant appartenant à la Compagnie Aérienne d’Aviation, CAA, vient de frôler pour la sixième fois selon un témoignage, un crach qui aurait comme de coutume, emporté des vies humaines.

Selon des témoignages, n’eut été la fine intelligence du pilote qui a pu sauver l’avion Airbus A330, de CAA, le Congo familier des malheurs, aurait enregistré un nouveau drame qui n’a rien de moins d’un massacre. « Ce même appareil est à déclasser pour raison des crash ratés », dit un passager. À réaliser que c’est pour la sixième fois que ce cercueil volant expose des passagers, cela donne de la migraine, déplore un spécialiste.

À imaginer aussi que CAA use des médias pour une publicité à couper le souffle, il faut vite conclure que l’on se trouve devant un cas de supercherie. L’entreprise fait passer une pub dans laquelle elle se tape la poitrine comme exploitante des avions Airbus de la dernière génération. Mensonge grossier cousu des fils blancs et béni des autorités du secteur, confie-t-on. Il est difficile pour l’entendement humain de comprendre que l’Airbus A330 est à son sixième crash raté.

Lire aussi  Insécurité à Kinshasa : vivement des dispositions policières plus corsées

C’est tout simplement révoltant, il y a, à coup sûr, bénédiction des autorités du secteur qui, visiblement n’en ont cure. La question principale est de savoir pourquoi ce complot contre la population même dans le secteur de transport? C’est la question.

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires