Guerre dans l’Est : Faute d’accès aux soins de santé, 3 déplacés meurent à Kanyabayonga

 

C’est un calvaire indescriptible qui est vécu par les déplacés de guerre qui ont fui le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu) pour celui de Lubero, par peur d’être massacrés par les rebelles du M-23/RDF. Chaque jour qui passe, ces vulnérables meurent dans les milieux où ils ont trouvé refuge.

Cette situation est consécutive notamment au manque de nourriture, mais aussi d’accès aux soins de santé. Cette semaine, trois (3) déplacés sont morts à Kanyabayonga.

La triste nouvelle est confirmée par Achille Luwendo, premier vice-président de la société civile dans la chefferie des Bwito, en cachette à Kanyabayonga. Il précise que la plupart de déplacés vivent dans des écoles, exposés aux intempéries. Il appelle, à cet effet, le Gouvernement congolais à songer à ces vulnérables, dépourvus presque de tout.


Parlant du manque d’accès aux soins de santé, Docteur Aloïse Tahalokirwe, médecin chef de zone de la zone de santé de Kayna, au sud du territoire de Lubero, plaide pour un appui en intrants médicaux dans les structures sanitaires.

Lire aussi  RDC/Covid-19 : 145 nouveaux cas confirmés, 59 nouveaux guéris et 1 décès enregistrés le mercredi 2 décembre

Il précise que sur vingt-trois (23) centres de santé que compte sa zone, quatorze (14) ne sont pas appuyés. Il est actuellement difficile de prendre en charge les malades avec l’afflux des déplacés, a-t-il dit, précisant qu’une centaine des structures sanitaires sont en rupture de stock des médicaments.

JC Mbafumoja

 

Lire aussi

Les plus populaires