RDC : La dette publique atteint le cap de 10 milliards de dollars en 5 ans

 

La dette publique de la République Démocratique du Congo (RDC) a atteint le cap de dix (10) milliards de dollars en cinq (5) ans, révèle la Direction Générale de la dette publique (DGDP).

Pourtant, réduite en 2010 de quatorze (14) à trois (3) milliards de dollars et maintenue à trois (3) milliards jusqu’en 2019, la dette publique de la RDC a explosé depuis 2019. Elle a notamment connu une augmentation de sept (7) milliards entre 2019 et 2024. La DRDP, citée par Radio Okapi, prévient que cette dette pourrait dépasser les quinze (15) milliards dans les cinq (5) prochaines années.

Se référant aux données livrées par la DGDP en mars 2023, Radio Okapi explique que le stock de la dette, arrêté au 31 décembre 2022, était évalué à plus de neuf (9) milliards de dollars, soit respectivement 41% de dette intérieure et 59% de dette extérieure. Une hausse vertigineuse qui s’explique notamment par les dépenses de l’administration publique centrale, supérieures aux recettes publiques observées depuis 2019.

Lire aussi  Déploiement 16.000 de fibre optique : "L’idée est de toucher à peu près 70% des congolais qui pourront être impactés positivement par le développement de la fibre optique"

Estimée à six (6) milliards de dollars, la dette extérieure a été contractée auprès de la Banque Mondiale, du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Africaine de Développement (BAD). L’argent a été utilisé pour couvrir les dépenses liées à la gratuité de l’enseignement primaire.

La dette intérieure de la RDC s’élève à plus de quatre (4) milliards de dollars. Elle est constituée de dépenses publiques entraînées par l’émission des bons de trésor par la Banque centrale du Congo (BCC). Une autre partie est constituée des arriérés budgétaires de l’administration centrale datant de plus d’un an.

La dette de la RDC avait été allégée, passant de 13,704 à 2,931 milliards de dollars, à la suite de l’atteinte par ce pays du point d’achèvement de l’initiative PPTE (Pays pauvres très endettés), le 1er juillet 2010.

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires