Goma/Covid-19 : La police fait usage des gaz lacrymogènes pour disperser les marchés pirates

Prise par le chef de l’État, la mesure interdisant le rassemblement de plus de 20 personnes dans des lieux publics, souffre d’application à Goma. Les petits commerçants oeuvrant dans des marchés non officiels dits « pirates » se réunissent en masse et accueillent des clients qui à cause de la promiscuité sont exposés à la contamination du Coronavirus.

Sensés respecter la loi, les éléments de la police à Goma font la course à ces commerçants, en les indiquant les marchés officiels de l’État, aménagés pour acceuillir les acheteurs.

Dans le quartier Katindo par exemple, à l’endroit appelé communément « entrée Président », des petits commerçants qui étalent leurs produits le long de la route ont manifesté une certaine résistante face aux éléments de la police refusant d’évacuer ce lieu.


Face à cette situation, les éléments de la police étaient contraints de faire respecter la loi, en faisant usage de la force, à l’aide de gaz lacrymogènes et de tirs de sommation afin de les disperser, rapporte une source policière sur place.

Lire aussi  Pierre Lumbi quitte la terre des vivants au CMK

Cette même source indique qu’aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée lors de ces échauffourées qui ont pris une autre ampleur lorsque les badauds venus d’autres coins de la ville se sont joints à ces commerçants pour faire face aux forces de l’ordre ce Dimanche 19 Avril 2020.

Samedi 18 Avril, le commissaire supérieur et commandant de la ville de Goma de la PNC, le Colonel Job Alisa a dans un communiqué mis en garde les agents de l’État qui tenteraient de protéger et défendre ceux qui fouleront aux pieds les mesures prises par les autorités dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Tommy Lupemba, à Goma

Lire aussi

Les plus populaires