RDC-Lac Édouard : Au moins 29 moteurs hors-bord des pêcheurs congolais de Kyavinyonge ravis par des Maï-Maï à Kyanika

Au moins 29 moteurs hors-bord de la pêcherie de Kyavinyonge en territoire de Beni au Nord-Kivu ont été ravis mercredi 29 avril 2020 par des Maï-Maï basés à Kyanika, petite entité située entre les territoire de Lubero et Rutshuru. Ceci porte à 77, le total des moteurs qui ont été pris de force par ces miliciens depuis le début du mois d’avril.

Les pêcheurs victimes de cette barbarie sont accusés de n’avoir pas payé un jeton de pêche fixé à 10 $ que ces rebelles ont imposé depuis des mois sur le lac Édouard. Ces derniers exigent une amende de 200 mille francs congolais par moteur pour le libérer.

Joint au téléphone par ACTU7.CD jeudi 30 avril, Mbusa Kavasya Noé, représentant des pêcheurs de Kyavinyonge a exprimé sa vive préoccupation par rapport à cette insécurité grandissante sur les eaux du lac Édouard. Il regrette qu’en dépit de multiples appels lancés, les autorités congolaises ne sont jamais intervenues pour réglementer la situation. Il rappelle qu’en plus de la menace Maï-Maï, on note aussi des arrestations par l’Ouganda, dont les Congolais sont aussi victimes.


Il appelle la force marine congolaise ainsi que l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature à renforcer leur patrouille pour sécuriser le lac.

Lire aussi  Cité dans le meurtre de Laurent-Désiré Kabila, le colonel Eddy Kapend grâcié par Félix Tshisekedi, 19 ans après

« Les Maï-Maï de Kyanika viennent de prendre 29 moteurs des pêcheurs de Kyavinyonge et viennent de les conduire en plein parc des Virunga. Ni la force marine congolaise, ni l’ICCN n’est là. Voilà pourquoi nous souffrons beaucoup. Les Maï-Maï font ce qu’ils veulent ici sur le lac Édouard. Les Ougandais eux-mêmes viennent faire ce qu’ils veulent. Que les autorités interviennent », déplore-t-il.

Il sied de rappeler ici qu’une vingtaine des pêcheurs congolais restent détenus à la prison ougandaise de Katwe depuis des semaines. L’Ouganda les accuse tous d’avoir violé les limites liquides entre les 2 pays.

Malgré les initiatives menées par les autorités congolaises dont le président Tshisekedi lui-même, Kampala n’a jamais arrêté d’embarquer sur son sol des Congolais victimes de cette insécurité qui tombent régulièrement dans ses filets.

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires