RDC-Propos injurieux envers la sénatrice Bijou Goya : le LCM réclame la déchéance de Thambwe Mwamba du Sénat

Le parti politique le Changement en marche (LCM) s’insurge contre les propos sexistes et injurieux, tenus le jeudi 30 avril dernier par le président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba. « Par ces propos, ce dernier n’a pas seulement dénigré et humilié sa collègue Bijou Goya, mais la femme congolaise en général ».

Le LCM condamne les propos humiliants et dévalorisants tenus par le récidiviste Alexis Thambwe et joint sa voix à celles d’autres compatriotes qui exigent la déchéance du mandat du Président du Sénat. Cette formation politique exige, par ailleurs, l’ouverture d’une action judiciaire contre Thambwe Mwamba « pour avoir discrédité la Chambre haute du Parlement de la République qui incarne la sagesse ».

Dans une déclaration faite pour ce faire, le LCM regrette le fait que « le seul péché de madame Bijou Goya soit celui d’avoir exigé du Sénat des informations dans le cadre du contrôle parlementaire reconnu par le Règlement Intérieur du Sénat, sur le marché de gré à gré relatif à la réhabilitation du bureau du président du Sénat pour un montant de 11
millions de dollars américains ».

Lire aussi  Ass. Nat : Le projet du Budget 2021 évalué à 7,1 milliards USD adopté et envoyé au sénat pour seconde lecture

S’agissant des poursuites judiciaires, le LCM invite le Procureur général près la Cour de cassation à se saisir du dossier relatif à la
réhabilitation du bureau du Président du Senat et investiguer sur les
activités de la société qui a effectué ses travaux.

Le LCM, qui se dit témoin privilégié de derniers actes d’indiscipline et d’insubordination commis par certains membres du Gouvernement Central à l’égard de la Présidence de la République, démontrant clairement le dysfonctionnement entre les institutions Présidence de la République et Gouvernement Central, estime que « le mandat accordé par le peuple congolais à Félix Tshisekedi est menacé par l’hypocrisie de certains de ses collaborateurs du Gouvernement ».

A cet effet, le LCM rappelle que, dans un temps relativement court, l’opinion publique nationale et internationale a vécu une cacophonie inacceptable au sommet de l’Etat.

« Des ministres devant accompagner le chef de l’Etat se sont illustrés par une indiscipline notoire. La ministre de la Fonction publique, responsable d’une mise en place irrégulière et anticonstitutionnelle des secrétaires généraux de
l’administration publique a refusé d’exécuter l’ordre du Président de la République », affirme un communique signé par son coordonnateur national, Maître John Mbaya.

Lire aussi  RDC-Crise FCC-CACH : la CCD de JP Lisanga brandit le "schéma Fayulu"

Rachidi Mabandu Mikondo

Lire aussi

Les plus populaires