RDC : Des chefs des confessions religieuses s’inquiètent du retour des « évangiles de croisade » et de la montée des « discours de haine »

Des chefs des confessions religieuses de la RDC s’inquiètent « sérieusement » du retour des « évangiles de croisade » et de la montée des « discours de haine » du haut de la chaire de vérité. « Lieu pourtant destiné à proclamer en toute humilité l’amour, la paix, la justice, la tolérance, le pardon, la réconciliation et la fraternité sans parti pris pour se conformer à la vocation d’église au milieu du village ». Déclaration faite jeudi 2 juillet à l’occasion du 60eme anniversaire de l’indépendance de la RDC.

En clair, ces chefs des confessions religieuses désapprouvent l’incitation à la haine. Ils rappellent que le « recours à la violence sous toutes ses formes violerait le pacte républicain conclu au Dialogue de Sun City ».

D’où l’invitation lancée aux filles et fils de la RDC à la réconciliation nationale. Car, « la RDC ne peut être bâtie sur la haine et la vengeance ». « Elle ne peut non plus s’édifier dans la méfiance et la suspicion », déclarent les chefs des confessions religieuses. Pour eux, « il est impérieux que tous les responsables politiques et religieux s’emploient à rendre effective la réconciliation nationale pour une paix véritable dans la justice et la vérité ».

Lire aussi  Kasaï : Dieudonné Piemé cède le fauteuil de Gouverneur à Crispin Mukendi

Épris de paix, les chefs des confessions religieuses appellent les Congolais à ne pas céder « aux sollicitations apocalyptiques, à préserver la paix et à évaluer les actions susceptibles de compromettre les avancées déjà enregistrées par le pays 60 ans après. Même appel fait à l’endroit des acteurs politiques et sociaux qui sont invités « à plus de responsabilité et de retenue afin de préserver la paix et la concorde sociale ».

« Nous sommes tous frères et soeurs », crient les chefs des confessions religieuses. Une manière pour eux d’appeler les Congolais, quelles que soient « nos différences d’ethnies », à demeurer dans la prière, la paix, l’unité et la concorde nationale. Ils se félicitent de la « vision et de la détermination du chef de l’État pour la refondation de la RDC, notre patrimoine commun, telles qu’exprimées dans son message à la Nation le 30 juin 2020 ».

Réunis autour du thème « A 60 ans d’indépendance, la RDC n’a besoin ni de martyrs, ni d’un mouvement insurrectionnel », ces chefs d’églises s’appuient sur l’article 1er de la Constitution pour fustiger la démarche de « ceux qui imposent leur propre volonté en dehors des procédures établies par la loi ». « Notre pays est et demeure en État laïc et égalitaire ». Voila pourquoi ils réaffirment qu’ « aucune confession religieuse n’est au-dessus des autres et encore moins au-dessus des institutions du pays pour leur imposer sa propre volonté ». Tout comme ils font comprendre qu’aucune confession religieuse ne peut s’attribuer le monopole de parler au nom du peuple congolais.

Lire aussi  Union sacrée : le Palu et Alliés confirme son appartenance à la majorité parlementaire

Ont pris part à cette déclaration, les représentants de : Armée du salut, Églises de réveil du Congo (ERC), Église orthodoxe, Église islamiste…

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires