Budget/Ecofin : Les parlementaires en contrôle politique afin d’améliorer de la gestion des finances publiques

 

Une délégation des parlementaires, composée des députés et sénateurs, a entamé une mission officielle aux ministères du Budget, des finances et à la Banque Centrale du Congo lundi 24 août 2020. Objectif, améliorer la gestion des finances publiques.

Première étape, la vice-primature du Budget où les échanges avec le Vice-Premier Ministre Jean-Baudouin Mayo ont été fructueux. C’est la poursuite des travaux déjà amorcés par ces élus du peuple, membres de la commission Ecofin au mois de mai dernier, étant donné que le contrôle budgétaire tel que recommandé dans règlement intérieur de l’Assemblée Nationale entre dans sa deuxième phase au mois d’août courant.

Cette descente sur terrain de ces parlementaires consiste à confronter les chiffres donnés par les gestionnaires de la chose publique à la réalité sur terrain.

« Ce pays a souffert du manque de contrôle et de l’impunité. Nous voulons durant ce mandat démontrer le parlement doit faire son travail. Bien sûr que la COVID-19 est un facteur qui vient justifier un certain nombre de contre-performance. Notre contrôle est un contrôle politique. Nous allons faire le rapport à la plénière de l’Assemblée Nationale qui sera suivi d’un débat et les recommandations seront faites au gouvernement pour l’amélioration de la gestion du pays », a déclaré le Député National Simene wa Simene, au sortir des échanges.

10 projets pour répondre aux besoins de proximité des Kinois à l’horizon 2040, tel est la campagne que mènent les sénateurs de Kinshasa auprés des autorités proches de la ville miroire.

De son côté, étant d’abord un élu de Kinshasa, le VPM du Budget a rassuré à cette délégation de son soutien.

Le chef de la délégation des sénateurs de Kinshasa, Didier Mumengi a lui, été encouragé par la suite réservée par Jean-Baudoin Mayo à leur démarche.

« Les encouragements que nous reçus du Vice-Premier Ministre nous donnent suffisamment de force pour continuer et dire à notre peuple que nous pouvons dès aujourd’hui commencer à espérer », a-t-il conclu.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires