Ituri : « Piller les biens de la population va fâcher les loyalistes que nous sommes » (Lieutenant Jules Ngongo)

Le porte-parole du secteur opérationnel des FARDC en Ituri a commenté la récupération d’une centaine de vaches par les forces loyalistes dans la soirée du 27 août. Des bêtes pillées par des miliciens CODECO dans la zone d’Ezekere.

Au cours d’un entretien accordé à ACTU7.CD ce 28 août, le lieutenant Jules Ngongo s’est félicité du professionnalisme des éléments FARDC dans cette opération. Il a indiqué que la hiérarchie militaire est en contact avec le président des éleveurs pour la récupération de ces bovins.

Au cours du même entretien, l’officier a demandé aux miliciens de respecter leur engagement pris avec la délégation d’anciens seigneurs de guerre. Pour lui, les actes de pillage perpétrés par les miliciens peuvent « fâcher » les forces armées.


« Nous allons restituer ces vaches nous sommes déjà en contact avec le président des éleveurs pour qu’il puisse récupérer ces vaches et cela sans aucune condition préalable. Nous exhortons cette milice à respecter sans ambages l’engagement qu’elle avait signé avec la délégation (…) donc cessation des hostilités. C’est-à-dire de ne pas s’attaquer à notre population et aussi de ne pas piller les biens de la population. Piller les biens de la population va fâcher les loyalistes que nous sommes. C’est comme ça que nous les appelons encore une fois à bien respecter cet acte d’engagement pour ne pas foutre en l’air le processus de paix. Tous nous voulons la paix et tous nous devons travailler pour la paix. Cette manière de faire, se rabattre sur la population n’est pas du tout encourageant », a-t-il déclaré.

Lire aussi  Goma : 6 maisons visitées par 40 voleurs à Virunga

Une centaine de vaches ont été pillées, en chefferie des Bahema Banywagi, dans l’après-midi du 27 août, par les présumés miliciens de la CODECO. Les forces armées de la RDC se sont lancées à la poursuite des pillards et ont réussi à ramener les bêtes qui seront remises à leurs maîtres dans les heures qui suivent.

Andy Kambale Matuku, à Mambasa

Lire aussi

Les plus populaires