Kwilu/spoliation des terrains publics à Kikwit : la société civile exige des poursuites contre les auteurs

Le cadre de concertation de la société civile Kwilu monte au créneau pour exiger des poursuites contre les auteurs de la spoliation d’au moins 33 parcelles du domaine public de l’État morcellées au plateau dans la ville de Kikwit en 2017 sur base des arrêtés de l’ancien gouverneur Michel Balabala.

Cette recommandation résulte de l’atelier basé sur l’analyse du contexte général de la spoliation des biens du domaine public de l’État et la restitution du forum national de la société civile. Atelier qui a accouché d’une note de plaidoyer déposée à la mairie de Kikwit.

L’annulation desdits arrêtés et les poursuites judiciaires contre les auteurs, c’est ce qu’on peut retenir de la note de plaidoyer lue par le président du cadre de concertation de la société civile Arsène Ngondo.


 » … A la fin de ces ateliers, il est ressorti que les participants à la session ont demandé que le morcellement des parcelles de Kikwit soit annulé, cet arrêté soit annulé. Et aussi qu’il y ait une poursuite judiciaire contre les auteurs de cette spoliation, parce qu’on voudrait que cet argent entre dans la caisse de l’État congolais », a déclaré Arsène Ngondo.

Lire aussi  Insécurité dans l'Est : Des congolais réfugiés en Ouganda regagnent la RDC "suite à une vie pénible" (Société civile)

Alors qu’à Kikwit, le cadre de concertation de la société civile, a traité de la spoliation des terrains publics et la restitution du forum national de la société civile, à Bandundu les membres de la structure susmentionnée ont traité du 20 au 22 août de la problématique de répartition des recettes provinciales. Atelier qui a abouti à une note de plaidoyer déposée au bureau de l’Assemblée provinciale pour exiger la modification de l’édit budgétaire et le règlement financier de cet organe délibérant, textes attribuant 40% des recettes propres de la province à l’assemblée provinciale.

Patrick Matanga, à Bandundu

Lire aussi

Les plus populaires