Kasaï-Central/massacre de Tshisuku : la SCED lance une campagne de collecte des fonds pour rapatrier et enterrer les corps exhumés à Kazumba

 

C’était ce jeudi 22 octobre 2020 à Kananga dans la salle polyvalente du barreau du Kasaï-Central que la société congolaise pour l’état de droit, SCED, au cours d’un point de presse, a lancé une campagne de collecte des fonds en faveur de funérailles et de l’enterrement des victimes du massacre de Tshisuku du territoire de Kazumba. C’était en partenariat avec l’association des victimes de l’espace grand Kasaï.

Cette campagne qui vise à collecter 5.000.000 FC pour un enterrement digne des corps exhumés en juin 2019 par l’auditorat militaire pour besoin d’enquête, sera clôturée le 22 novembre 2020.

 » En exhumant, on avait demandé de rester calme que nous reviendrons pour l’enterrement digne. L’enterrement digne ne veut pas dire que prendre beaucoup de temps. A l’heure actuelle, la communauté pense à une confiscation de leurs membres qui ont été exécutés par les forces de l’ordre », a lâché le chef du groupement de Bakuanzeba, le chef Kalala.


Miran Mulumba, coordonnateur de l’association des victimes de l’espace Kasaï, partenaire de la SCED, a expliqué que « nous avons pensé qu’il fallait que nous puissions nous prendre en charge, nous avons tendu la main à l’Etat congolais il n’y a pas eu de réaction et nous avons décidé de nous battre par tout moyen pour que les corps de nos compatriotes de Kazumba qui trimbalent aujourd’hui, qui sont partis du camp Bobozo vers l’hôpital général », a-t-il dit.

Lire aussi  Matadi : Les communautés locales d'Inga craignent d'être délocalisées à l'exécution du Projet Inga III

Pour mémoire, le 07 mai 2019 la communauté de Tshisuku dans le territoire de Kazumba était en larmes suite à l’intrusion de militaires dans un marché de ce coin tuant hommes, femmes et enfants, brûlant certaines choses. Les corps de ces victimes bien qu’ayant été enterrés, ont été exhumés par la police scientifique pour besoin d’enquête du 09 au 14 juin 2019. Depuis cette date jusqu’à ce jour, ces corps moisissent à Kananga faute des moyens pour les rapatrier et être enterrés à Tshisuku.

Jérémie Descon Muambi à Kananga

Lire aussi

Les plus populaires