Ituri : Des tirs à l’arme lourde et légère sèment la panique à Bunia

 

La ville de Bunia, chef-lieu de l’Ituri, a connu une matinée trop agitée ce samedi 24 octobre. Des tirs à l’arme lourde et légère entendus dans cette agglomération ont semé la panique au sein de la population.

Les premières informations recueillies par ACTU7.CD soutiennent qu’il s’agit des détonations issues des affrontements entre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et la milice armée dénommée « Armée de Libération du Congo », ALC, aux alentours de Bunia.

D’après un média local, sur le boulevard de libération, principale artère de la ville, on pouvait apercevoir ce même matin, plusieurs centaines de femmes et enfants, avec leurs effets sur la tête, en train de fuir pour trouver refuge dans des quartiers plus sécurisés.


La réaction de l’armée est attendue dans les heures qui suivent. Toutefois, une accalmie s’observe dans la zone depuis midi, note un journaliste qui s’est rendu dans la zone où les tirs étaient entendus.

Lire aussi  Traque des ADF à Beni : “L'ennemi travaille, nous aussi nous travaillons” (Armée)

La milice ALC est une faction du groupe armé Coopérative pour le Développement du Congo, CODECO. Premier groupe armé à avoir signé un acte d’engagement unilatéral pour la paix en Territoire de Djugu, cette milice s’est rendue tristement célèbre par l’entrée de ses hommes dans la ville de Bunia le 4 septembre dernier, avant d’être évacués par l’armée au terme de longues négociations. Elle est aussi responsable de plusieurs exactions contre les civils dans la zone d’Ezekere, son bastion. Le porte-parole du secteur opérationnel des FARDC a, au cours d’un entretien avec ACTU7.CD, le 23 octobre, dit aux miliciens de ce groupe qu’il était temps de se « respecter » et que l’armée était « rangée en ordre utile » pour en découdre avec cette milice réfractaire au processus de paix.

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires