Consultations : le sénateur Sanguma Mossai soutient l’idée du mémo de l’ECC à Félix Tshisekedi

 

Réagissant au discours de Félix Tshisekedi, Sanguma T. Mossai salue l’initiative du chef de l’État de lancer les consultations auprès des forces politiques et sociales à fin de dégager une « Union sacrée ». A cet effet, le sénateur, par ailleurs pasteur de l’église CEUM, une communauté protestante, soutient l’idée du memorandum promis par le président de l’Église du Christ au Congo (ECC).

Le Révérend Dr André Bokundoa-bo-Likabe a promis de transmettre prochainement au Président de la République un mémorandum scrutant les questions de fond qui touchent l’amélioration des conditions de vie du peuple congolais. Le sénateur Sanguma encourage également la création d’un nouveau paradigme de gestion du pays « dont le sort ne serait plus le seul apanage d’une infime minorité des compatriotes comme cela a toujours été le cas ».

Sanguma Mossai regrette le fait que « l’alternance obtenue suite aux élections de 2018 et soutenue par la coalition au pouvoir n’ait pas jusque là répondu aux attentes de la population ». « La situation socioéconomique continue à se dégrader parce que la dite coalition a été, en réalité, la cohabitation c’est-à-dire une sorte de greffage de contre-nature entre deux plates formes politiques diamétralement opposées dans leurs visions de gérer le pays », a révélé le Pr Sanguma.


Pour le sénateur Sanguma, « cela ressemble à une équation difficile voire impossible pour réussir le greffage d’un cocotier avec un mandarinier ». L’élu de la province du Sud-Ubangi estime qu’il appartient au chef de l’État dans les prérogatives qui sont les siennes de garant de la nation « de pouvoir s’imprégner profondément des avis du peuple pendant les dites consultations pour la refondation de l’action publique ».

Lire aussi  61 ème anniversaire de l'indépendance de la RDC : C. Mboso réitère sa loyauté et son attachement à F. Tshisekedi

Car, explique-t-il, « il est inconcevable que le peuple qui a ses représentants au sein des assemblées délibérantes continue à croupir dans une misère indescriptible ». Cette misère, poursuit-il, « est dû simplement parce que les personnes que le souverain primaire élu poursuivent les intérêts de positionnement politique individuel et obéissent à la ligne de conduite et au mot d’ordre édicté par leur famille politique même si celui-ci ne répond pas aux aspirations de la population qui les a mandaté ».

Rachidi Mabandu

Lire aussi

Les plus populaires