février 23, 2021

Consultations : « la base de répartition des responsabilités doit tenir compte du poids politique » (D. Bolengetenge)

Partager cet article

 

Le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde poursuit ce mardi 23 février, ses consultations entamées depuis lundi dernier à l’immeuble du gouvernement, en vue de la formation du gouvernement d’union sacrée de la nation. En cette deuxième journée, il a conféré avec la délégation d’Ensemble pour la République de Moïse Katumbi.

Conduite par Dieudonné Bolengetenge, la délégation de cette plateforme dit avoir conversé avec Jean-Michel Sama Lukonde sur un dénominateur commun, « le poids politique de chaque regroupement au sein de l’union sacrée de la nation qui doit être la clé de répartition des responsabilités dans le prochain gouvernement ».

« De la manière dont nous avons échangé, nous avons tous regardé dans la même direction. Nous lui avons présenté nos propositions qui ne sont pas des décisions. Mais il y a un dénominateur commun, la base de répartition des responsabilités doit tenir compte du poids politique de chaque composante de l’union sacrée de la nation », déclare Dieudonné Bolengetenge devant la presse.

Et d’ajouter, « pour le reste, des prétentions à l’occupation des portefeuilles doivent répondre à un certain nombre de critères conformément aux lois de la République ».

Le secrétaire général de Mouvement Social de feu Pierre Lumbi est largement revenu sur le cahier des charges d’Ensemble pour la République déposé auprès du Chef de l’État, qui « contient les priorités du prochain gouvernement ».

« Les priorités de notre famille politique par rapport au prochain gouvernement était contenu dans un cahier des charges qui a été soumis à l’appréciation du Président de la République depuis le début des consultations. Et cela a été rendu public. Pour nous, les priorités n’ont pas changé », conclut-il.

Ensemble pour la République, revient-il, est une plateforme qui « représente le socle sur lequel la nouvelle majorité de l’union sacrée a été composée ». Il comprend un total de 70 députés issus des groupes parlementaires AMK-G7, AR.

Josué Mfutila


Partager cet article