RDC : Des professionnels des médias invités à promouvoir l’éducation pour « l’épanouissement des élèves et enseignants »

 

La Coordonnatrice de l’Association Congolaise des Femmes de la Presse Ecrite (ACOFEPE) Grâce Ngyke Kangundu a sensibilisé les professionnels des médias ce week-end à privilégier le secteur éducatif dans le traitement des informations au sein de différentes rédactions.

C’était au cours d’une cérémonie marquant la fin de la 3ème édition du concours d’orthographe placé sous le thème « une écriture sans faute », lancé en faveur des élèves des écoles primaires et secondaires du district de la FUNA à Kinshasa en partenariat avec l’ambassade du Canada, le centre Wallonie Bruxelles et la MONUSCO.

Selon le constat fait par Grâce Ngyke Kangundu, « la plupart des médias congolais accordent plus d’importance aux sujets politiques tout en négligeant le secteur éducatif ». Ainsi, elle estime que cette situation handicape l’éducation des enfants congolais et risque de produire les effets pervers ».


« Nous demandons aux médias de privilégier l’éducation, or nous avons tendance à voir que les medias donnent plus d’importance à la politique alors que nous avons intérêt à appuyer l’éducation. Nous avons intérêt à appuyer les élèves et défendre les enseignants qui restent toujours dans les conditions critiques (…). Je demande aussi aux médias de faire les visites dans les écoles pour palper la réalité en face », a-t-elle dit.

Lire aussi  Maï-Ndombe : Le festival musical "meilleur talent" sera lancé ce jeudi à Inongo

Expliquant la quintessence de ce concours qui cadre avec la célébration de la langue française, Grâce Ngyke Kangundu a laissé entendre que ce programme poursuit l’objectif de valoriser la langue française qui est un outil de travail en RDC mais aussi sensibiliser les élèves sur l’éducation.

« L’épanouissement des élèves dépend de leur bonne éducation. Dès lors qu’elles ne reçoivent pas la bonne éducation, elles ne peuvent pas s’épanouir dans la société congolaise. Nous venons sensibiliser également les élèves à l’importance de la lecture, elles doivent savoir que tout passe par l’écriture, donc c’est le moment de maîtriser l’écriture et l’expression française », a-t-elle laissé entendre.

La déléguée générale de l’organisation internationale à la Francophonie (OIF) Néfertiti Tshibanda est venue en appui à cette organisation pour donner les prix aux 10 lauréates de ce concours. Elle a surtout salué « cette initiative louable qui va aider la nouvelle génération à s’investir dans l’écriture sans faute ».

Lire aussi  Héritier Wata sur Ferre Gola : "J'ai trouvé qu'il avait déjà une voix très puissante, je voulais piquer son savoir-faire"

Dostin Eugène Luange

Lire aussi

Les plus populaires