Insécurité à Kananga : les 3 voleurs condamnés à la peine de mort !

 

Le tribunal militaire de garnison de Kananga siégeant en matière répressive des infractions flagrantes dans une audience en chambre foraine ce mardi 06 avril 2021, a condamné trois (3) voleurs arrêtés le weekend dernier par la police, chacun à une peine de mort. Au delà de cela, les condamnés sont tenus, in solidum, à payer 150.000 $ et 250.000 $ aux parties civiles François Kabundi et Françoise Bibomba ( victimes du cambriolage).

Les parties civiles qui ont pris en premier la parole, ont démontré en quoi les actes posés par les malfrats leur ont causé préjudices, dont la destruction méchante de maison de leurs clients, les coups et blessures volontaires reçus par ces derniers ayant entraîné la fracture du bras de Madame Françoise Bibomba. En raison de ce qui précède, ces parties demandent au tribunal que les prévenus leur allouent 500.000.000 $ en terme de dommages et intérêts.

De son côté le ministère public représenté par le magistrat major Carlos Kalala, a requis la peine de mort pour chaque prévenu en application de l’article sept (7) du code pénal militaire pour les infractions d’association des malfaiteurs, d’extorsion, des coups et blessures volontaires aggravés ainsi que de la détention illégale d’arme et de munitions de guerre.


Un réquisitoire qui n’a pas mis la partie prévenu à l’aise, elle a, à cet effet crié à la « machination », car, poursuit-elle, « l’arme du crime n’était pas trouvé entre les mains de ses clients ».

Lire aussi  Église de réveil du Congo : Dodo Kamba recouvre ses fonctions de représentant légal

Le président de cette juridiction militaire, après avoir procédé aux répliques de part et d’autre, a accordé la parole aux prévenus pour leur dernier mot. Curieusement tous trois ont référé le juge aux conclusions de leurs avocats conseils.

Toutes choses restant égales par ailleurs, la composition a pris l’affaire en délibéré pour en fin condamner les trois (3) prévenus chacun à la peine de mort et au paiement de 150.000$ et 250.000$ respectivement à François Kabundi et Françoise Bibomba à titre des dommages intérêts.

« Le tribunal militaire de garnison de Kananga (…) les condamne chacun en ce qui le concerne, pris de manière isolée comme suit: aux peines de 20 ans de servitude pénale et de 250.000 FC d’amende pour extorsion, aux peines de cinq (5) ans de servitude pénale et 150.000 FC d’amende pour coups et blessures volontaires aggravés, à la peine de mort de 20 ans de servitude pénale pour détention sans titre ni droit, d’arme de guerre, à la peine de mort pour association des malfaiteurs », a dit le major José Demba, Président du tribunal militaire de garnison.

Lire aussi  Le directeur de la police judiciaire de Kinshasa placé en garde à vue pour "extorsion"

Et de poursuivre : « Faisant ainsi application à l’article sept (7) du code pénal militaire, prononce l’unique peine la plus forte pour chaque prévenu ‘,soit la peine de mort ».

 »Quant aux actions civiles, (…) le tribunal condamne le prévenu Bakajika Donat in solidum avec le prévenu Ntumba André et le prévenu Ngalamulume Albert à payer ( est aequo bonum) respectivement à l’équivalent en franc congolais d’une somme de 150.000$ et 250.000$ aux parties civiles François Kabundi et Françoise Bibomba à titre des dommages et intérêts, condamne chacun aux frais d’instance », a-t-il conclu.

Pour rappel, quatre (4) malfrats avaient été arrêtés par la police nationale congolaise après avoir cambriolé la maison d’un chef de travaux à Kananga dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 avril 2021. L’un d’eux avaient perdu la vie après avoir reçu une balle. Cette condamnation qui se veut exemplaire, vient redonner une lueur d’espoir à la population Kanangaise de l’implication de l’Etat dans la lutte contre l’insécurité qui sévit depuis plus de 9 mois dans cette partie du Kasaï-Central, en République Démocratique du Congo.

Jérémie Descon Muambi à Kananga

Lire aussi

Les plus populaires