Congo Airways : l’IGF révèle un détournement de plus de 2 millions USD sur les fonds des billets

 

Deux millions de dollars américains sur les fonds des billets seraient détournés à la société d’aviation nationale Congo Airways. C’est l’une des conclusions du contrôle mené par l’Inspection générale des finances (IGF) dans cette entreprise du Portefeuille de l’État effectué en date du 12 janvier.

Dans ses conclusions, l’IGF note des faits de détournements. Il s’agit, entre autres du paiement non justifié de 2.352.144 USD résultant de « la surfacturation manifeste en faveur des fournisseurs des services de douane ». Il y aurait également le détournement des fonds par les agents de Congo Airways estimé à la hauteur de 2.040 868 USD. L’IGF fait aussi allusion à la somme de 8.784.710 de paiement au titre de prestations à l’Autorité de l’Aviation Civile (AAC) « sans que lesdites prestations ne soient réelles pour la période de 2016 à 2020 ».

Toujours à propos de ce détournement, l’IGF fait également mention de la « non comptabilisation du chiffre d’affaires de 2.456.492 dollars résultant de la différence entre le chiffre d’affaires du logiciel DATAWINGS et celui pris en recettes ». Cet établissement public révèle « le paiement de 3.517.910 dollars américains au profit de la société ITM sans soubassement contractuel… ».

Lors de son passage à Congo Airways, l’IGF dit avoir constaté l’existence « des sorties des fonds non justifiées pour un montant de 2.770. 273.464 dollars américains passées en charge au détriment de la société ». Mais aussi « le paiement injustifié de 123.200 dollars américains en faveur d’un organisme privé CONGO CHALLENGE pour arbitrage d’un conflit d’ordre administratif entre Congo Airways et la RVA d’une part et Congo Airways et FPI d’autre part ».

Le rapport de l’IGF sur la gestion de Congo Airways affirme que cette entreprise d’aviation a payé d’une manière anticipative la somme de 99.600 USD au profit de la chaîne de Télévision WAPICOM « pour la diffusion des spots publicitaires en violation de toute la procédure des marchés publics ». Congo Airways aurait payé au titre de location des matériels de transport de l’ordre de 1.917.424 dollars américains ».

Face à cette situation constatée à Congo Airways, le comité Alingete estime que la gestion de cette société de Portefeuille de l’État est caractérisée par « l’absence d’une politique de rationalisation des charges, le manque d’application d’un barème de rémunération fort et onéreux, la non déclaration et le non-paiement des impôts dus à l’État aggravant le risque fiscal; la mauvaise allocation des ressources financières… ».

Hervé Landry Ngoyi

Lire aussi

Les plus populaires