RDC : « Joseph Kitangala veut escroquer l’argent du FPI et veut se remarquer inutilement » (document)

 

Dans une correspondance dont une copie est parvenue à ACTU7.CD, le fonds de promotion de l’industrie (FPI) par le biais de son avocat-conseil, écrit à la ministre de la justice, Rose Mutombo afin de réagir à l’existence d’une lettre de l’avocat de Joseph Kitangala adressée à cette dernière.

En effet, le FPI fait savoir que dans cette lettre datée du 04 juin puis déterrée sur les réseaux sociaux quelques jours après, Joseph Kitangala « menace niaisement Madame la procureure de la République près le tribunal de grande instance de Kinshasa/Matete ainsi que le magistrat du dossier instruit sous RMP 17211/pr023/ 031/MTD de les traduire en justice devant les instances nationales qu’internationales ».

 » Je tiens à vous rassurer Excellence Madame le ministre, qu’il s’agit d’un monsieur qui veut escroquer de l’argent au FPI et qui veut se faire remarquer inutilement », peut-on lire également dans cette correspondance du FPI.

Cependant, dans ce même document, le FPI indique que Joseph Kitangala n’est ni leur aviseur encore moins un lanceur d’alerte mais il fut un ancien collaborateur du cabinet Mbwetshangol qui était en contrat avec eux portant sur la formation du personnel, la revisitation du cadre réglementaire notamment le partenariat avec la DGDA, la redynamisation des procédures de recouvrement, le recours à certains produits non exploités…

 » Dès lors, monsieur Joseph Kitangala Kabala n’a donc aucun lien avec le FPI, si ce n’est avec son ancien employeur, le cabinet précité », a déclaré l’avocat-conseil du FPI.

À lui également de renchérir : « à peine sorti de prison, monsieur Kabala s’est livré à la diffamation contre les clients dans des différentes sorties médiatiques. La particularité ici est qu’il s’en est pris en plus aux Hauts magistrats Adier Kisilu et Pascal Munkokole, respectivement ancien procureurs généraux de Kinshasa/Matete et Gombe ainsi qu’au feu Général Mulongoy, qu’il traite désormais d’un groupe des gens qui se sont unis pour l’envoyer en prison ».

Pour clore, l’avocat-conseil du FPI trouve que le comportement de Joseph Kitangala Kabala  » ne peut demeurer impuni par crainte des quelques menaces malvenues proférées contre les magistrats ».

Joseph Kitangala Kibala a été arrêté pour la 2e fois à la fin du mois dernier sur la base d’une plainte du patron du fonds de promotion de l’industrie Patrice Kitebi. Il avait été libéré en décembre dernier, après 18 mois passés en prison, pour avoir porté des accusations contre le même dirigeant. En cause : une émission de radio et deux courriers de Joseph Kitangala Kibala adressés aux ministres de la Justice et de l’Industrie pour demander la relance des enquêtes à l’encontre de l’ancien ministre.

Osée Mfumfu

Lire aussi

Les plus populaires