Kinshasa : Victime d’une spoliation, la société PROTON récupère sa concession de Limeté, « grâce à une justice juste rendue par le TGI/Matete

Victime d’une spoliation de sa concession située à Kinshasa dans la commune de Limeté, première rue, quartier Industriel depuis 2017, la société PROTON vient d’être rétablie dans ses droits. Cette société spécialisée dans la fabrication des casseroles en aluminium depuis 1971 est désormais en possession de sa concession acquise depuis plus de 50 ans, après plusieurs démarches judiciaires déclenchées au lendemain de la spoliation de sa parcelle au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Matete. L’opération de réinstallation de la société PROTON (ex ALUKIVU) dans sa concession spoliée par un certain « Kashilemba Kawaya Junior » a été exécutée samedi 19 juin dernier par le huissier de justice assisté par la Police Nationale Congolaise et à la grande satisfaction des propriétaires qui se félicitent de la justice congolaise.

 

« Nous sommes contents de voir que la justice de notre pays est entrain de fonctionner. Cette parcelle est celle de la société PROTON acquise il y a plus de 50 ans. Dans cette concession, il y avait une usine de fabrication des casseroles. C’était la société Aluminium de Kivu, devenue PROTON aujourd’hui, spécialisée dans la fabrication des casseroles sulfiria que nos chères mamans ont connues et utilisées depuis des années. À un certain moment, la société était en arrêt des activités, c’était pendant ce temps que les spoliateurs ont ursupé la parcelle », a dit à la presse Guy Banza, comptable de la société PROTON oeuvrant de nos jours dans la fabrication des câbles électriques.

Lire aussi  RDC : Les 2 chambres du parlement en congrès ce lundi pour désigner un juge de la Cour Constitutionnelle

Détentrice du certificat d’enregistrement Vol. AMA 40 Folio 200 couvrant cette parcelle et valable jusqu’au 13 mars 2025, la société PROTON a plutôt été surprise en date du 20 janvier 2017 par une sommation en déguerpissement lui notifiée par le huissier de justice de quitter « sa propre parcelle » dans les 48 heures de la signification de ladite sommation.


« Mais nous sommes allés dès cet instant en justice dont nous avons confiance. Quel que soit le temps que cela a pris, nous avons obtenu une décision irrévocable de la justice en notre faveur qu’on a exécuté aujourd’hui par le huissier de justice assisté par la Police Nationale Congolaise », a ajouté ce cadre de la société PROTON.

À lui de poursuivre, « nous avons déguerpi tous les spoliateurs et ceux qui sont à l’intérieur doivent partir et laisser la concession de la société qui a besoin de continuer avec ses activités. On ne peut pas spolier une parcelle de la société et attendre qu’on se laisse faire ».

Cette société du droit congolais continue de croire que justice sera faite, « pour le cas des usurpateurs de sa parcelle qui résistent encore à l’intérieur de sa concession ».

Lire aussi  Procès Vital Kamerhe : Canal Futur n'a pas droit à la retransmission en direct de l'audience

« Présentement, personne ne peut s’hasarder de la justice congolaise. Nous sommes pendant la période de l’État de droit qui met tout le monde égal devant la loi. La justice juste a déjà été rendu en faveur de notre société qui est propriétaire de cette parcelle », a-t-il renchéri.

De son côté, la société PROTON parle des personnes non autrement identifiées qui opèrent dans la clandestinité, lesquelles personnes ont spolié sa concession.

Dans la sommation en déguerpissement faite à cette société en avril 2017, c’est un certain Asumani Masudi Jean qui a été identifié comme occupant et condamné au déguerpissement par jugement RC 27.894 rendu « par défaut » à son égard par le tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Matete en date du 10 décembre 2014, dans une affaire qui l’aurait opposé à un certain Kashilemba Kawaya Junior sur la dite parcelle.

Malgré le morcellement de sa concession, le sabotage de ses matériels de travail dont certains sont même portés disparus et d’autres vendus, la société PROTON qui a été rétablie dans ses droits par la justice promet de reprendre ses activités en remontant une nouvelle usine de fabrication des câbles électriques sur cet endroit récupéré.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires