Ituri : 17 morts et plusieurs maisons incendiées par la FPIC près de Bunia

Les présumés combattants de la Force Patriotique et Intégrationniste du Congo (FPIC) ont attaqué, tôt ce lundi 15 novembre 2021, le village de Tchabusiku, dans le groupement Tsere, à une dizaine de kilomètres dans la périphérie ouest de Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri.

D’après plusieurs sources concordantes, ces miliciens ont attaqué le village vers 5 heures du matin, heure locale. Sur place, au moins dix-sept (17) corps ont été ramassés. Environs trente (30) maisons ont également été incendiées par ces combattants. Cette information est confirmée par un député provincial, élu d’Irumu. Wilson Mugara, qui révèle « avoir personnellement vu » les morts, indique que plusieurs personnes sont toujours portées disparues.

Pour Ghislain Atiaboli, ambassadeur des droits des enfants en Ituri, cette attaque est une « attaque de trop ». Tout en condamnant ces tueries des « civils innocents », celui-ci appelle les autorités militaires de l’état de siège à « prendre leur responsabilité devant la gravité des faits ».

Lire aussi  Mambasa : Un jeune blessé par balle dans des manifestations anti-MONUSCO

« (…) Nous condamnons vivement ce nouveau massacre et surtout la mort des enfants innocents (…) et nous présentons nos condoléances aux familles des victimes (…) C’est ici encore une occasion d’appeler les autorités militaires à nous ramener la paix. Nous n’avons pas besoin de voir des bâtiments réhabilités ni des routes construites (…) Notre plus vif désir, c’est le retour de la paix (…) », a-t-il déclaré, ému, au cours d’un entretien avec ACTU7.CD.

Depuis environs deux (2) mois, la situation sécuritaire dans la province de l’Ituri s’est considérablement dégradée. Malgré les offensives de l’armée contre leurs bastions, les groupes armés locaux et étrangers ont intensifié leur attaque contre les civils. Acculés par l’armée, ces rebelles visent désormais des villages où la présence des forces de défense et de sécurité est minime. L’armée devrait communiquer sur cette nouvelle attaque dans les heures qui suivent.

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires