RDC : Bintou Keita informe l’ONU du retrait « progressif, responsable et conditionnel » des éléments de la MONUSCO

 

Invitée à faire le rapport annuel sur la situation à la fois sécuritaire, humanitaire et politique de la République Démocratique du Congo (RDC) à la réunion du conseil de sécurité des Nations-Unies du lundi 07 décembre à New-York, Bintou Keita qui est la cheffe de la MONUSCO (Mission de l’organisation des Nations-Unies pour la stabilisation du Congo), a indiqué que la mise en œuvre du plan de transition pour le retrait « progressif, responsable et conditionnel » de la mission progresse.

Ce plan de transition dont Bintou Keita fait allusion a été décidé entre le gouvernement congolais et la MONUSCO.

Alors que la RDC se prépare aux élections de 2023, la représentante du secrétaire général des Nations-Unies en RDC, a par ailleurs, exhorté toutes les parties prenantes politiques à se concentrer, au cours des douze prochains mois, « sur la mise en œuvre des réformes clés nécessaires pour consolider les gains de stabilisation durement acquis obtenus jusqu’à présent et surmonter les défis persistants, en particulier dans l’Est du pays ».


Sur le plan humanitaire, l’envoyée de l’ONU fait remarquer que la détérioration de la situation continue dans l’Est du pays, « en raison de l’insécurité et des épidémies, combinées à un accès limité aux services de base ».

Lire aussi  Ituri: 19 otage libérés par la CODECO après une dizaine de jours de captivité

Le nombre de personnes déplacées dans le pays se situe à près de 6 millions, dont 51% de femmes. Selon elle, il s’agit du nombre le plus élevé de personnes déplacées à l’intérieur du pays sur le continent.

« À cela est venue s’ajouter l’apparition de nouveaux cas du virus Ebola », a précisé la cheffe de la MONUSCO dans son discours.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires