Kwango : Des prisonniers détenus dans des conditions carcérales inhumaines à la Prison centrale de Kenge

 

Les détenus de la Prison centrale de Kenge dans la province du Kwango vivent dans des conditions carcérales inhumaines.

D’après le président de la société civile du Kwango, Symphorien Kwengo, les locataires de cette maison carcérale manquent à manger. Le centre de santé n’est plus opérationnel suite au manque des médicaments pour la prise en charge sanitaire et les conditions carcérales sont devenues inhumaines.

« (…) Les conditions de détention sont inhumaines et désolantes à la Prison de Kenge. Les détenus ont des difficultés de se faire soigner, il n’y a pas de centre de santé, pas de médecin commis à la Prison pour prendre en charge les soins médicaux des prisonniers », a-t-il dit.


Ce cadre de la société civile indique que la Prison centrale de Kenge compte à ce jour plus de détenus que prévu lors de sa construction qui remonte à l’époque coloniale.

Lire aussi  Kasaï : le gouvernement lance les travaux de construction du trubinal de paix de Tshikapa

« Construit uniquement pour le territoire de Kenge en 1955 par les Belges avec la capacité d’accueil de 35 prisonniers, la Prison de Kenge compte aujourd’hui 160 détenus, visiblement, il y a problème d’accueil. C’est un calvaire que vivent ces prisonniers. Comment 160 personnes peuvent vivre dans une maison construite pour 35 personnes ? », s’interroge-t-il.

Il a en outre demandé au Gouvernement provincial du Kwango de solliciter l’appui du pouvoir central et des partenaires techniques et financiers de pouvoir envisager la construction d’une nouvelle maison carcérale de Kenge pour désengorger la Prison de Kenge devenue vetuste suite aux conditions carcérales inhumaines.

Patrick Matanga

 

Lire aussi

Les plus populaires