La résidence de Kabund sabotée par la GR : Humiliation ou avertissement ?

 

L’on se croirait dans un film hollywoodien, mais la scène est bel et bien réelle. Des militaires de la garde Républicaine se sont introduits dans la résidence de Jean-Marc Kabund premier vice-président de l’Assemblée nationale et président a.i de l’Union pour la démocratie et le progrès social, UDPS, située à Kingabwa/Limete, le mercredi 12 janvier 2022, pour appréhender des policiers qui avaient arrêté un de leurs vers Baramoto la journée du même mercredi.

Des scènes choquantes

Dans une vidéo filmée par celui qui se présente comme avocat conseil de la famille Kabund, l’on peut apercevoir dans la résidence du premier vice-président de l’Assemblée nationale, des biens de la maison cassés, en tout cas « un vrai sabotage », si l’on en croit les propos de ceux qui ont assisté à la scène. De la cuisine en passant par le salon principal, jusqu’à la bibliothèque et la salle des réunions, la maison de Jean-Marc Kabund a été l’objet d’un vrai sabotage.


Dans cette vidéo devenue presque virale sur les réseaux sociaux, l’on aperçoit même une des filles de Kabund, semble-t-il « déjà traumatisée », en train de se faire calmer et consoler par une dame qui visiblement est de cette famille.

Lire aussi  Sud-Kivu : Volées par des rebelles, plus de 130 vaches récupérées par les FARDC remises à leurs propriétaires à Sange

Retour sur la scène

Le soir vient à peine de tomber sur Kinshasa, deux jeeps de la garde Républicaine débarquent à la résidence de Jean-Marc Kabund située à Kingabwa. La première étape, ils désarment des policiers commis à la garde de cette résidence.

Ensuite, ils se dirigent vers la résidence et passent directement par la porte de la cuisine qui était ouverte. Là, ils renversent et cassent des assiettes et casseroles. Ils ne s’arrêtent pas par-là, ils se dirigent ensuite vers la bibliothèque où tous les ouvrages seront également renversés par terre.

Au niveau de la salle des réunions, le poste téléviseur est également renversé et des sièges saccagés. C’est en tout cas une grande partie de la maison qui est touchée même si jusqu’à maintenant, le vrai mobile de leur incursion à l’intérieur de la maison n’est pas connu. Après leur forfait, ils libèrent la résidence et se retirent de-là.

Arrivée de Jean-Marc Kabund et son épouse

Quelques minutes après l’incident, c’est l’arrivée de Jean-Marc Kabund et sa femme. Ils étaient absents à la résidence au moment de l’incident.

Lire aussi  Ituri : L'armée appelle les groupes armés à déposer les armes et à rejoindre les centres de cantonnement

Souriant, Kabund est accueilli par des militants de l’UDPS qui avaient déjà assiégé la résidence pour réconforter la famille biologique de leur Président a.i visiblement humiliée et sabotée.

Accompagné de quelques proches, Kabund fera aux côtés de ses avocats le constat de dégâts matériels enregistrés dans cette incursion. Tout porte à croire que ce scénario est loin de finir en tout cas.

Sabotage ou avertissement ?

Un élément de la garde républicaine a été désarmé à Baramoto par des policiers qui selon plusieurs sources, exécutaient des ordres de Jean-Marc Kabund.

D’après nos sources, le véhicule à bord duquel ce GR roulait, était dans un sens inverse, provoquant ainsi des embouteillages. Kabund voulant en quelque sorte, ramener de l’ordre sur cet axe, où il était de passage, a résolu de corriger ce militaire de la GR sur place.

Le fait pour les collègues de ce GR qui a été apparemment conduit à l’auditorat militaire, d’attaquer la résidence de Kabund est à la fois un sabotage et un avertissement selon plusieurs observateurs qui affirment que ce feuilleton sera long.

La Rédaction

 

Lire aussi

Les plus populaires