Kasaï-Oriental : Les communautés signataires du cahier des charges de la SACIM « s’insurgent contre les organisations de la société qui déplorent la procédure suivie »

 

La communauté de Bayombo, dans le secteur de Kakangayi, territoire de Miabi, province du Kasai-Oriental et les autres signataires du cahier des charges avec la Société Anhui-Congo d’Investissement Minier (SACIM) « s’insurgent contre la déclaration des organisations de la société civile ». Ces organisations ont, dans une déclaration indiqué que « la procédure ayant conduit à la signature du cahier des charges entre la SACIM et les représentants des communautés locales n’a pas respecté les dispositions du règlement minier révisé et son annexe relatif au modèle type du cahier des charges de responsabilité sociétale des entreprises minières ».


Devant la presse le jeudi 13 Janvier 2022, le représentant du groupement de Bayombo, l’une des communautés affectée par l’activité minière de la société SACIM, indique que « le processus d’élaboration d’un cahier des charges lorsqu’il s’agit de la responsabilité sociétale d’une société est régi par le code minier ».

Placide Mukendi ajoute « qu’aucune disposition n’exige l’accompagnement des communautés affectées par l’exploitation minière par des organisations de la société civile dans l’élaboration du cahier des charges ».


« Le programme de l’élaboration du cahier des charges en ce qui concerne la responsabilité des sociétés minières est régi par le code minier et ses mesures d’application, notamment le règlement minier. Je ne connais aucune disposition, ni du code minier ni du règlement minier qui fait à titre d’obligation, l’accompagnement des communautés affectées par l’activité minière de la société par certaines organisations de la société civile. C’est non seulement une violation de la loi mais une supercherie », a indiqué Mukendi Kapambu.

Selon lui, ces organisations de la société civile « ont, avant l’élaboration du cahier des charges adressé une offre à la société SACIM, demandant à l’entreprise de leur octroyer « l’élaboration du cahier des charges moyennant le paiement d’une somme de soixante mille (60.000 USD) Dollars Américains ». L’offre qui a été rejetée par la société Minière.

Placide Mukendi qui indique que les communautés sont satisfaites par la mise en place du cahier des charges, ajoute que « ces derniers se réservent le droit de saisir la justice contre les organisations auteurs dudit document ».

« Les communautés locales très mécontentes m’ont mandaté pour parler en leur nom pour dire qu’elles se réservent le droit d’aller en justice contre ceux qui ont publié ce document. Elles sont plus que satisfaites parce qu’elles ont voulu immortaliser ce moment devant la presse. Tout le monde à l’unanimité nous sommes très contents. Nous mourrons d’envie de voir la mise en œuvre », a-t-il conclu.

Il sied de rappeler que le mercredi 28 Décembre dans la salle de réunion du gouvernorat de province, est intervenue la signature du cahier des charges contenant les droits et devoirs relatifs dans l’exploitation minière par la société chinoise SACIM. Le cahier des charges, est rédigé pour une période de cinq (5) ans et pour un montant global de cinq (5) millions de dollars. La SACIM va mettre à la disposition des communautés un montant annuel d’un million de dollars qui va servir à réaliser des projets que les communautés elles-mêmes vont définir.

Christian Ngeleka, à Mbuji-Mayi

 

Lire aussi

Les plus populaires