Kasaï : Le gouvernement provincial interdit l’exploitation minière dans des puits à galerie souterraine érigés dans des maisons des particuliers en pleine ville de Tshikapa

 

Portant interdit par la loi minière, l’exploitation minière illicite bat son plein dans la ville de Tshikapa. Cette pratique est observée dans les ravins et dans quelques maisons d’habitation des particuliers, ayant transformé leurs domiciles à des espaces minières pour cette fin.

Pour cette occasion, le ministre provincial de mines et de l’énergie a entamé des visites guidées et d’inspection dans des sites ciblés de la commune de Kanzala, précisément dans le ravin SOKAGIK qui menace de couper en deux la route nationale numéro 1 et dans la commune de Mabondo.

« Je suis arrivé sur terrain pour faire le constat sur l’exploitation artisanale dans la ville de Tshikapa. Cette exploitation est illicite et irrégulière, nous peinons en tant que gouvernement de constater que dans des maisons d’habitation qu’on ait érigé des puits à galerie souterraine dans des salons pour favoriser cette exploitation. Certaines maisons ont eu des fissures graves devant amener à l’effondrement des maisons ou mort d’homme sans que la population qui exploite ne puisse avoir le courage de dénoncer », s’inquiète Aaron Katshimu.


Ce membre du gouvernement provincial s’interroge si cette population le fait à dessein ou c’est question de rejetter la responsabilité au gouvernement provincial du Kasaï.

« Nous sommes convaincus à l’oeil nu que cette exploitation artisanale minière dans des parcelles des gens est effective. Elle est faite avec la complicité de la population qui n’arrive pas à dénoncer », a-t-il ajouté.

Cette pratique devient de plus en plus fréquente dans la ville. C’est presque dans toutes les communes qu’elle est opérationnelle.

Diaris Kindalo à Tshikapa

 

Lire aussi

Les plus populaires