Financement du processus électoral : L’ODEP « constate un écart de 67,2 Millions USD dont la destination reste à démontrer »

 

Ayant suivi le débat engagé entre le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et le Ministre des finances au sujet des fonds décaissés pour les opérations électorales en République Démocratique du Congo (RDC), l’Observatoire de la Dépense Publique (ODEP) « constaté un écart de 67,2 Millions de dollars américains dont la destination reste à démontrer par les acteurs du circuit de la dépense publique ».

« Le trésor public a décaissé 212 milliards de Francs Congolais, soit 104,2 Millions de dollars, dont plus de 90% couvre les dépenses de fonctionnement. Pourtant le Ministre des Finances a annoncé le 15 février dernier une mise à disposition de fonds de 37 millions de dollars américains. Entre le versement annoncé par le Ministre des finances et ceux retracés par le Ministre du budget, ODEP constate un écart de 67,2 Millions de dollars américains, dont la destination reste à démontrer par les acteurs du circuit de la dépense publique « , dit l’ODEP dans un communiqué rendu public jeudi 17 février.

Lire aussi  Kinshasa/Jour du vote : À Mont-Ngafula, les électeurs s'impatientent de l'arrivée de kits électoraux dans plusieurs Bureaux de vote

Cette institution déplore par ailleurs que « l’absence d’un plan de décaissement fourni par la centrale électorale et d’un débat public organisé au Parlement restent un handicap majeur pour une gestion orthodoxe des fonds affectés aux opérations électorales ».


« Sur base de quel chronogramme d’activités le Ministre de Finances a décaissé 21 Millions de dollars le 11 février dernier ? Cette procédure de mise à disposition des fonds non réglementée, utilisée depuis l’ancien bureau, favorise le manque de transparence préjudiciable à la crédibilité même du processus électoral  » ajoute l’Observatoire de la Dépense Publique.

À cet effet, l’ODEP appelle le Premier Ministre, Sama Lukonde à prendre des mesures nécessaires pour garantir à la CENI « la jouissance effective de l’autonomie financière ». Ceci, « conformément aux dispositions de l’article de la loi organique N°10/013 du 29 juillet 2010 portant organisation et fonctionnement de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) ».

Mais aussi de présenter au Parlement un collectif budgétaire à la cession de mars pour examen et vote au budget détaillé de la CENI afin de prendre une décision pour encadrer la procédure de mise à disposition effectuée par le gouvernement à la centrale électorale.

Lire aussi  Haut-Uélé : Le gouvernement provincial appelé à oeuvrer pour la stabilité des institutions provinciales

Exigeant à la centrale électorale de publier un budget détaillé des opérations électorales assorties d’un plan de décaissement pour faciliter le gouvernement à financer le processus électoral, l’ODEP invite l’Inspection Générale des Finances et cour des comptes d’initier un audit complet de la CENI de 2012 à ces jours.

José Muyaya

 

Lire aussi

Les plus populaires