Luebo / « Destruction du tissu environnemental » : Un député provincial « appelle le Chef de l’État à instruire ses services techniques pour une intervention proportionnelle »

 

À la suite de la « destruction du tissu environnemental » du territoire de Luebo, dans la province du Kasaï, le député provincial Olivier Tombe appelle le Chef de l’État à instruire ses services techniques, pour « sauver » cette cité et les édifices laissés par les belges, abritant les bâtiments administratifs et autres bureaux gestionnaires étatiques et para étatiques de la région.

Pour cet élu de Luebo, « le Gouvernement provincial est incapable d’éradiquer ces ravins vu la dimension qu’elles ont déjà atteint, le Chef de l’État doit veiller pour que cet ancien district du Kasaï ne puisse pas disparaître ».

« Plusieurs édifices son partis, il reste presque rien, les bâtiments sont menacés par les têtes d’érosions, le Gouvernement provincial est incapable d’éradiquer ces ravins pour faute des moyens. Nous en appelons à l’implication du Chef de l’État pour instruire les services techniques dont l’Office des Voiries et Drainage (OVD) et l’Office de routes, pour qu’au plus vite que possible, la solution soit trouvée », lance ce député élu de la circonscription électorale de Luebo.

Lire aussi  Beni : Un mort dans un accident de circulation à Mukoko

Il s’inquiète, par ailleurs, de la « négligence » du Gouvernement provincial dans la lutte anti-erosive, qui a occasionné l’engloutissement du bâtiment administratif du territoire, le ciat de la Police Nationale Congolaise (PNC) de Luebo, le bâtiment du district, ancienne gendarmerie, le tribunal de grande instance,…

Le territoire de Luebo est l’un des territoires du Kasaï le plus habité en son temps par les Belges, dont plusieurs bâtiments laissés servent de bureaux administratifs. Seul le député national Léon Mubikay qui s’était rendu sur le lieu, il y a de celà deux (2) semaines avec un engin de génie civil, dans le cadre de lutte anti-érosive. Mais son apport a paru insignifiant face à l’ampleur de la menace.

Diaris Kindalo, à Tshikapa

 

Lire aussi

Les plus populaires