Intenses bombardements à Kiev : La Situation des étudiants Congolais vivant en Ukraine « est sous contrôle » et « leur vie est hors danger »

 

La guerre qui oppose depuis une semaine la Russie à l’Ukraine n’est pas sans conséquence dans plusieurs pays africains dont la République Démocratique du Congo (RDC). Ses effets touchent de nombreux congolais, dans la plupart des étudiants « régulièrement inscrits dans différentes filières à l’Université de Soumy dans la ville portant le même nom, au Nord-Est de l’Ukraine ».

Ces jeunes Congolais ont échangé mardi 1er mars 2022 par visio-conférence pendant une trentaine de minutes avec le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Étrangères et de la coopération internationale qui sur « instruction du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, suit de très près la situation de ces étudiants Congolais en Ukraine, théâtre d’intenses bombardements ».

Selon le service de communication de la vice-primature en charge des Affaires Étrangères, Christophe Lutundula a rassuré à ces étudiants du soutien total du gouvernement de la République.


Christophe Lutundula « est également en contact permanent avec les autorités de cette université, principalement le Recteur et a obtenu par lui, des renseignements détaillés sur la sécurité des étudiants congolais ».

Lire aussi  Mike Hammer à Tshisekedi : "J'ai été à Minembwe. Je ne savais pas qu'il y aura des problèmes avec ce que Ruberwa a fait là-bas"

« Le Président de la République Félix Tshisekedi Tshilombo, le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde suivent de près votre situation. Moi-même, j’ai reçu des instructions quant à ce et je reste attentif au moindre cris des Congolais (…) », rassure le chef de la diplomatie congolaise.

Pour l’heure, la situation de ces étudiants en Ukraine « est sous contrôle, le Chef de l’État et le Gouvernement y veillent, les parents qui ont des enfants en Ukraine peuvent donc s’apaiser, car la vie de leurs enfants est hors danger ».

Les autorités universitaires ont décidé de les garder, compte tenu du couvre-feu en attendant la possibilité d’un couloir humanitaire afin de les évacuer vers les lieux plus sûrs.

Josué Mfutila

 

Lire aussi

Les plus populaires