Sit-in au Palais du peuple « Il n’y a pas eu de mort, ce sont des prétextes, ils veulent créer le buzz. Ils n’étaient même pas plus de 200”( Sylvano Kasongo)

 

Dans une interview accordée à la presse, juste après la dispersion des manifestants des forces sociales et politiques, qui exigeaient le concensus sur les réformes électorales, ce vendredi 6 mai au Palais du peuple, le commissaire divisionnaire adjoint de la Police Nationale Congolaise (PNC), et chef de la police ville de Kinshasa, Sylvano Kasongo Kitenge a démenti l’information selon laquelle « la police aurait tué un militant de l’engagement pour la citoyenneté et le développement (ECiDé) ».

« Nous savons tous que l’Assemblée Nationale est dans une partie neutre, c’est interdit de manifester là-bas et l’arrêt du gouverneur est là. Ces gens sont venus, ils ont caillassé des véhicules d’autrui. Ils étaient asphyxiés, certains étaient blessés et un d’eux s’est dénudé lui-même, sous prétexte qu’il est mort et il s’est révélé après. En respect des droits de l’homme, ils étaient conduits à l’hôpital HJ pour des soins », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : la police a usé de gaz lacrymogène, c’est tout à fait normal. Il n’y a pas eu de mort, ils veulent créer des incidents pour attirer l’attention de la communauté internationale. Ils n’étaient même pas plus de 200 personnes. Les gens qui étaient interpellés, ont été relâchés. Après, Serge Welo se pointe pour qu’on l’arrête pour qu’il fasse le buzz”.


Le climat n’était pas du tout calme, ce vendredi 6 mai dans les périphériques du palais du peuple. Les manifestants des forces sociales et politiques qui exigeaient le concensus sur les réformes électorales, ont été dispersés à coup des gaz lacrymogène.

José Muyaya

 

Lire aussi

Les plus populaires