Ituri : La RFO appelle les communautés locales et les peuples autochtones à « s’approprier les projets de conservation de l’environnement »

 

La Réserve de Faune à Okapis (RFO) est « consciente qu’elle ne peut rien sans l’implication des communautés ». Cette assurance a été formulée au cours de la conférence-débat ayant réuni, à Epulu, dans le territoire de Mambasa, province de l’Ituri mercredi 15 juin 2022, une centaine de participants à l’occasion de la célébration décalée de la journée mondiale de l’environnement.


Au cours de ses interventions, Delphin Bilua, conférencier du jour, a répété plusieurs fois que « sans les efforts de communautés vivant dans et autour de la RFO », cette aire protégée est « vouée à la disparition ». Il a également déploré une faible implication et une non appropriation de ces communautés de quelques projets mis à place pour développer des activités économiques alternatives dans l’objectif de baisser la dégradation de l’environnement dans cette aire protégée.

« (…) Je le dis ici devant vous et devant le représentant du chef de site. Aujourd’hui, la RFO est consciente que seule et sans vos efforts, elle ne saura rien faire. C’est ainsi que la RFO met en place des projets de conservation de l’environnement et de développement durable. Vous devez vous approprier ces projets et vous devez vraiment vous impliquer car, sans cela cette réserve est vouée à la disparition (…) », a-t-il appelé au cours de son intervention.


Au cours de cette conférence, la majorité de participants ont reconnu que les relations entre la RFO et les communautés locales se sont détériorées depuis 2012. Ces habitants pointent notamment une « conservation policière » et plusieurs « cas de tortures » infligées à certaines personnes trouvées en flagrant délit d’exploitation des matières précieuses dans cette Réserve. Ils proposent entre autre que les « éco-gardes auteurs de ces violations soient traduits en justice » et que les responsables de cette aire protégée fassent « des visites régulières dans les communautés » afin de se rendre compte des réalités du terrain.

Répondant à la préoccupation relative aux bavures de certains éco-gardes, Dile Malo, représentant du Chef de site à cette conférence, a indiqué que « certains éco-gardes auteurs des actes contraires au règlement militaire ont été jetés en prison et seront déférés devant les juridictions habilités ». Ce cadre de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) a encouragé toute personne victime de ces actes à s’approcher des services de la RFO et les dénoncer.

Andy Kambale Matuku, à Epulu

 

Lire aussi

Les plus populaires