Attaque de la prison de Butembo : Trois présumés ADF lynchés brûlés vifs et deux armes récupérées par la population (Mouvement Anti-gang)

La situation reste préoccupante et confuse ce mercredi 10 août 2022, dans la ville de Butembo où des personnes armées ont attaqué la prison centrale de Kakwangura. Dans leur fuite, certains des présumés auteurs de cette attaque ont été rattrapés par les populations civiles.

A en croire le Président National du Mouvement Anti-Gang, un des groupes de pression actifs dans la ville de Butembo, trois (3) présumés combattants ougandais des Forces Démocratiques Alliées (ADF), responsables de l’attaque de la prison, ont été maîtrisés par la population au quartier Mole, près de Mihake. Ces combattants ont été lynchés avant d’être brûlés vifs par la population en furie, ajoute Napoléon Musavuli. Deux (2) armes de type AK-47 ont été récupérées et remises à la police selon la même source.

« (…) Ils étaient nombreux (…) vers 4 heures du matin, un groupe a surgi dans le quartier Mihake avant de se retrouver au quartier Mole. Ils demandaient qu’on leur indique la route qui mène vers Isale (…) C’est un garçon qu’ils avaient pris pour leur montrer la route qui a ensuite alerté la population (…) Dans leur fuite, on a rattrapé trois parmi lesquels une fille (…) Ils ont été battus à mort jusqu’à être brûlés vifs (…) Ils étaient cachés dans une parcelle (…) Deux armes ont été retrouvées et remises à la police et à l’armée (…) Oui ce sont les ADF car les hommes ne sont pas circoncis et tous ne parlaient que le Kiganda (…) », révèle Napoléon Musavuli au cours d’un entretien exclusif avec ACTU7.CD.


De leur côté, les services de sécurité n’ont pas encore communiqué le bilan exact de l’attaque de la prison centrale de Butembo ni sur l’identité des assaillants. Dans une communication faite quelques heures après l’attaque, l’armée parle de deux (2) policiers tués et un combattant Maï-Maï neutralisé. Celui-ci détenait arme avec une importante quantité de munitions.

Lire aussi  Ituri : Les services de sécurité appellent la population de Komanda à dénoncer les jeunes "ayant été aperçus au front"

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires