Kuluna à Kinshasa : Aselo, Ngobila et Kasongo au banc des accusés

Le phénomène Kuluna à Kinshasa a dépassé le seuil du tolérable. Tout se fait au grand jour sans que ces bandits de cité ne soient inquiétés par aucune autorité provinciale ou nationale ayant en charge la sécurité des personnes et leurs biens. Les Kuluna donnent l’impression d’être libres de semer terreur et désolation dans la population.

Les Kuluna dictent leur loi impunément à Kinshasa, le phénomène n’épargne aucun coin de la capitale, ne choisit ni l’heure ni les circonstances. Les exemples sont légion au sujet de la démonstration de force de ces hors la loi. Pas plus tard que le dimanche 21 août 2022, lors d’un tournoi de football organisé par le ministre de la Jeunesse à Kinshasa, le public venu assister à la rencontre a été livré à la loi de la violence. Des gangs rivaux se sont affrontés publiquement au vu de tout le monde. Bilan de ces affrontements, un mort et plusieurs blessés.

Plus grave encore, trois jours avant ce drame, une autre vidéo balancée sur la toile montrait des Kuluna s’affronter en plein jour à Yolo.


À s’interroger, où sont passés Daniel Aselo, Ministre national en charge de l’intérieur et sécurité, le chef de la police provinciale, Sylvano Kasongo et le gouverneur de la ville Gentiny Ngobila ? La première autorité citée s’est de plus en plus rendue muette au point de disparaître des écrans radars. Pour ce qui concerne Ngobila, s’intéresser au phénomène Kuluna occupe visiblement le cadet des soucis, de Kasongo Sylvano la charge paraît énorme.

Qui alors pour secourir les kinois en proie à un phénomène source de plusieurs dégâts tant humains que matériels? Aucune réponse jusque là, Dans l’entre temps, célébrons Aselo, Ngobila et Kasongo.

Zamenga Odimbale

Lire aussi

Les plus populaires