Appel à manifester contre la MONUSCO à Goma : La situation généralement calme, sauf à Katoyi et Magengo

 

 

L’appel à manifester, ce jeudi, pour le départ total de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation au Congo (MONUSCO) par la synergie des mouvements citoyens, n’a pas visiblement été suivi par une grande partie de la population de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Le message du maire de la ville de Goma rendu public la veille interdisant des manifestations publiques, aura donc suffi pour que de nombreux manifestants s’abstiennent de sortir dans les rues comme le voulaient des structures citoyennes.

Selon un journaliste qui couvrait cette manifestation joint par ACTU7.CD, tout Goma était calme, sauf dans sa partie nord, précisément dans les quartiers Katoyi et Magengo sur l’axe appelé communément « Buene ». Là, des jeunes ont tenté de placer des barricades sur la chaussée.


Seulement, ces jeunes ont fait face à une intervention des forces de l’ordre qui ont vite étouffé la manifestation autour de 9 heures, heure locale.

Lire aussi  Kanyarucinya : Après le passage du Gouverneur militaire, les déplacés commencent à regagner leur site

Aussi, des hélicoptères de la MONUSCO survolaient leurs différents sites pendant ces manifestations des jeunes.

Des mouvements citoyens divisés

Dans les rangs des structures citoyennes, on ne parle pas le même langage. Alors que les unes appelaient à une marche ce jeudi, une autre frange lance plutôt une pétition qui vise cent mille (100.000) signatures afin d’exiger non seulement le départ de la mission onusienne du sol congolais, mais aussi la fin de l’état de siège qui dure maintenant plus d’une année « sans résultat ».

Cette autre frange dise vouloir descendre plutôt dans la rue le 5 septembre prochain pour faire la pression afin d’obtenir le départ des casques bleus.

Les semaines dernières, les villes de Goma, Butembo, Beni (Nord-Kivu) et Uvira (Sud-Kivu) étaient en ébullition. Les populations exigeaient le départ des casques « faute des résultats ». Ces manifestations ont fait morts d’hommes, des dégâts matériels et des pillages des biens de la MONUSCO.

Lire aussi  Kasaï : 22 détenus se sont évadés du cachot du parquet de Tshikapa

Patrick Nguwo

 

Lire aussi

Les plus populaires