RDC : Lutundula « accuse le Rwanda et le M23 de mener fréquemment des incursions militaires pour conquérir d’autres espaces territoriaux », malgré leurs présences à Bunagana

 

Le Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires Étrangères participe à la 1103è réunion du conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine consacrée à la situation sécuritaire dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Cette importante réunion fait le tour d’horizon de la situation générale dans l’Est et permet aux protagonistes de discuter entr’eux.

Au total, dix intervenants ont pris la parole dont les pays concernés par cette crise. Côté congolais, Christophe Lutundula Apala Pen’Apala, qui a fait l’économie de la situation sécuritaire de l’Est, a attiré l’attention des participants sur le regain de violences et la persistance de l’insécurité généralisée, imposée par le M23 (Mouvement du 23 Mars) et l’armée rwandaise sur le sol congolais, malgré les efforts de la RDC, à mettre fin à ces tragédies, restaurer la paix et la sécurité et promouvoir la coopération ainsi que le développement socioéconomique dans la Région des Grands Lacs.

(…) Votre Conseil avait exprimé sa préoccupation sur la situation sécuritaire à l’Est de la RDC. Il a demandé à la Commission de l’UA de continuer à soutenir les efforts internes et des pays voisins pour faire face à la résurgence de l’insécurité déclenchée par les activités des groupes armés, dont M23, ressuscité dans le Nord-Kivu, depuis novembre 2021, par le Rwanda dont l’armée est entrée sur le territoire congolais par la force le 24 mai 2022, en violation flagrante de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de notre pays. Depuis lors, la situation n’a guère évolué positivement, en dépit de recommandations de votre Conseil et des positions fermes prises par la Commission de l’UA et le Conseil de Sécurité des Nations-Unies (…) », déplore le chef de la diplomatie congolaise.

Lire aussi  RDC : Ibalanky et Bintou parlent des aspects prioritaires à développer pour pacifier l'Est du pays

Cette résurrection du M23 appuyé par le Rwanda et ses attaques contre les positions des FARDC ont conduit à l’occupation de Bunagana, localité congolaise située dans la province du Nord-Kivu depuis des semaines.

« Que du contraire, ils (M23 et le Rwanda) mènent fréquemment des incursions militaires pour conquérir d’autres espaces territoriaux en RDC, provoquant ainsi des tragédies humaines notamment par des tueries, des déplacements forcés massifs des populations, les viols des femmes et autres violations graves des droits de l’Homme, sans compter le pillage de leurs biens au mépris de la Charte des Nations-Unies, de l’Acte constitutif de l’UA et du droit international humanitaire », fait remarquer Christophe Lutundula dans son discours, demandant à la communauté internationale de sanctionner Kigali pour violation des initiatives politiques et diplomatiques en cours d’exécution.

La RDC par la voie de son VPM des Affaires Étrangères « continue à apprécier l’implication active de l’UA, de la CAE, de la CEEAC et de la SADC dans la recherche de la solution à cette énième crise sécuritaire ».

Lire aussi  RDC : Félix Tshisekedi reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs

Cette réunion a connu la participation des experts du Rwanda, du Kenya, de l’Angola, du Burundi, de la MONUSCO (Mission de l’organisation des Nations-Unies pour la stabilisation du Congo) ainsi que du représentant du secrétariat de la SADC. Le ministre congolais de la défense nationale et anciens combattants prend aussi part à ces assises.

Josué Mfutila

 

Lire aussi

Les plus populaires