Conflit Teke-Yaka : La situation demeure tendue, le trafic Bandundu-Kinshasa suspendu suite à l’insécurité

La situation sécuritaire dans la province du Mai-Ndombe (ex-Bandundu) a encore dégénéré, malgré le passage des membres du gouvernement central qui y ont séjourné pour prêcher la paix et la cohésion sociale.

Des sources sur place ont confié à ACTU7.CD que déjà dans la matinée du 31 août 2022, l’insécurité généralisée a été imposée sur le tronçon compris entre Mongata et Bandundu-ville. Ces sources rapportent que les jeunes Teke ont érigé des barrières à 25 kilomètres de Bandundu-ville, précisément au village Kabanku où tous les véhicules sont contrôlés de manière systématique avant de passer.

« (…) Au port de Bandundu, la situation est très tendue en route (…) Entre Mashambio et Dilala, j’ai pu compter 19 maisons en feu, des maisons ciblées, comprenez qu’il s’agit d’une chasse contre des personnes bien identifiées », a dit une source au média en ligne non-aligné.


Des individus armés ont érigé des barrières sur cette route et procèdent à un contrôle systématique des pièces d’identité des passants « à la recherche de personnes de tributs Yaka ou Mbala afin de les tuer ».

Lire aussi  Nord-Kivu : Environ 10 personnes exécutées par le M23-RDF à Rugari

« (…) J’ai pu compter 5 fusils de chasse et quelques m’achètes entre leurs mains. Ils nous ont débarqué du bus, demandant à chacun de présenter sa carte d’électeur, à la recherche donc des Yaka et scandant : Tika muteke boma muyaka ! (entendez : Tuez le Yaka et laissez passer un Teke) », a-t-elle déploré.

Selon ce rescapé, deux d’entre eux (ces jeunes armés) sont entrés dans le bus braquant des armes aux passagers pour exiger de descendre à la hâte.

« Les enfants étaient traumatisés et en pleure parce ces hommes armés ne cachaient pas leur intention de tuer sur place. Deux adolescents (élancés) voulaient rester dans le bus parce qu’étant mineurs ont été violentés. À la fin de leur opération, ils ont exigé au chauffeur de payer 10.000 FC pour l’achat des cartouches. Certains passagers sans cartes ont glissé de l’argent pour être libéré. Même cas pour tous les véhicules qui passent, j’ai vu le chauffeur d’un véhicule remorque payer sa taxe », a-t-il témoigné.

Lire aussi  Ituri : 2 présumés combattants ADF avec armes, arrêtés par les forces loyalistes à Biakato

Le gouvernement provincial du Kwilu annonce avoir suspendu tous les voyages par bus ou autres engins sur la route Bandundu-Kinshasa. Cette décision a été prise mercredi 31 août à cause de l’insécurité liée au conflit entre les peuples Teke et Yaka. La veille, cinq personnes ont été tuées sur ce tronçon.

Josué Mfutila

Lire aussi

Les plus populaires