Burkina Faso : Des militaires du MPSR démettent le Colonel Paul-Henry Damiba de ses fonctions le Président de la République

Deuxième coup d’Etat au Burkina Faso ! Dans la nuit de vendredi 30 septembre 2022, des soldats membres du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), tombeur du pouvoir civil en janvier dernier, ont annoncé la dissolution du Gouvernement de transition et la démission de ses fonctions du Président de la République, le colonel Paul-Henry Damiba Sandaogo.

Dans une série de communiqués lus à la télévision nationale, ces militaires ont annoncé la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes jusqu’à nouvel ordre. Ces militaires dénoncent « une situation sécuritaire qui demeure toujours préoccupante » et accusent le désormais ex-dirigeant d’avoir « rejeté un plan de réorganisation de l’armée » et « persisté dans l’articulation militaire qui a été à la base de l’échec » des autorités civiles.

Ces communiqués signés par le capitaine Ibrahim Traore, nouvel homme fort du Burkina Faso et Président du MPSR, annoncent également la convocation des consultations qui aboutiront à la désignation d’un président de la République « militaire ou civil ».

Lire aussi  Les États-Unis finalisent un investissement pour la création de 1.000 emplois en RDC

Ce nouveau coup de force a été condamné par la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Dans un communiqué rendu public ce samedi 1er octobre 2022, la CEDEAO juge « inopportun » ce putsh qui intervient « au moment où des progrès ont été réalisés pour un retour à l’ordre constitutionnel ». Elle exige le respect « scrupuleux » du chronogramme déjà retenu pour un retour à la légalité constitutionnelle au plus tard le 1er juillet 2024.

Andy Kambale Matuku

Lire aussi

Les plus populaires