Affaire Gecoco Mulumba-Christine Kasongo : Un an de servitude pénale requis contre l’épouse de Kabund

Lors de l’audience dans l’affaire qui oppose le Vice-gouverneur de la ville de Kinshasa, Gérard Mulumba Kongolo dit Gecoco à Christine Kasongo Mikombe, épouse de Jean-Marc Kabund, ancien Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale, ce jeudi 06 octobre 2022 au tribunal de paix de Kinshasa Matete, une condamnation d’un an de prison a été requise contre Christine Kasongo Mikombe, épouse de Jean Marc Kabund pour « fausse détresse, dénonciation calomnieuse, imputation dommageable, injures publiques ».

Selon le site infos droits humains.net, « à l’audience de ce jour, ni Christine Kasongo, ni ses avocats ne se sont présentés devant les juges ; le défaut a donc été retenu à sa charge ».

Dans leur plaidoirie, les avocats de la partie Gérard Mulumba ont sollicité la peine maximale contre la citée.


« C’est un préjudice d’ordre moral de par la notoriété, la réputation qui l’a, le traité d’assassin ne peut pas passer inaperçu. Nous avons sollicité qu’elle soit condamnée avec clause d’arrestation immédiate pour toutes les infractions mises à sa charge, et qu’elle puisse payer la somme de 1.5 millions USD pour réparer les préjudices causés », a déclaré Maître David Tshimanga, conseil de Gérard Mulumba.

Le réquisitoire du ministère public n’a par contre retenu qu’une seule prévention, à savoir, celle d’imputation dommageable. L’organe de la loi estime que les autres préventions ne sont pas établies. Pour la prévention de fausse détresse par exemple, il estime que la prévention n’existe pas au motif que le citant n’a pas pu prouver que le feu déclaré par Christine Kasongo Mikombe ne l’était pas.

Le ministère public à de ce fait, requis à l’encontre de Christine Kasongo un an de servitude pénale assortie d’une amande d’un millions CDF pour réparer des préjudices causés.

Vu que la citée n’a pas présenté ses moyens de défense, le jugement qui sera prononcé par le Tribunal de Paix de Kinshasa/Matete, sera un jugement par défaut et non contradictoire.

Pour rappel, une vidéo datant du 10 septembre dernier circule sur la toile. Dans cette vidéo, l’on aperçoit Christine Kasongo Mikombe en train de traiter Gérard Mulumba d’assassin, tout en allant chercher secours à la MONUSCO où elle a dénoncé ces faits, accusant Gérard Mulumba d’avoir téléguidé l’incendie de sa résidence où ses enfants seraient en train d’être calcinés.

La prochaine audience est prévue le 12 octobre prochain.

Texte tiré du site infos droits humains.cd

Lire aussi

Les plus populaires