Nord-Kivu : L’ICCN « condamne le soulèvement populaire contre ses écogardes » à Masisi

 

Après un violent soulèvement contre ses écogardes en coalition avec les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans la localité de Nzulo, territoire de Masisi (Nord-Kivu), l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) vient de se prononcer.

Dans une déclaration rendue publique tard la soirée de ce vendredi 7 septembre 2022, cette institution « condamne ce énième cas de menace populaire contre ses services de sécurité ».

Selon l’ICCN, ces actes de soulèvement, qui n’ont rien de spontanés, « sont inadmissibles et remettent en cause l’autorité de l’État dans la province ». Il s’inquiète cependant du fait qu’ils interviennent alors que l’arrêté provincial qui date du 15 septembre dernier a clairement demandé la suspension immédiate de toutes les activités contraires à la conservation dans le secteur de Nzulo et ses environs, mais aussi la mise en place d’une force conjointe.

Lire aussi  Nord-Kivu : Au moins 6 morts et plusieurs blessés dans un accident de la circulation à Mugunga

Ainsi, l’ICCN « réitère sa détermination dans la restauration de l’ordre et la sécurité du parc national des Virunga. Il reconfirme qu’il ne laissera aucune limite du parc national des Virunga exploité par qui que ce soit ».

Dans la matinée de ce vendredi 7 septembre 2022, la population du territoire de Masisi est descendue dans la rue pour protester contre une coalition des forces FARDC-ICCN en cours dans cette partie de la province du Nord-Kivu. Cette dernière a été instaurée par le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, le lieutenant-genéral Ndima Constant Kongba dans l’objectif de restaurer le respect des limites du parc national des Virunga par la population riveraine.

JC Mbafumoja, à Beni

 

Lire aussi

Les plus populaires