Conflit Teke et Yaka : Près de 100 assaillants dont le meurtrier d’un chef coutumier arrêtés

 

 

Un joli coup de filet vient de s’opérer dans le grand Bandundu où sévit le conflit intercommunautaire entre les Teke et les Yaka. Des assaillants auteurs des actes inhumains ont été appréhendés par des services compétents.

À Masiambio, dans la province du Maï-Ndombe, on parle de quatre-vingts (80) assaillants mis aux arrêts, alors que dix-sept (17) ont été appréhendés dans la province du Kwilu, précisément à Bagata.

Selon le journaliste Barick Buema, dans le lot de personnes arrêtées figurent le meurtrier du chef coutumier du village Engwene qui a été décapité pendant les affrontements. Conduit auprès de la Gouverneure de la province du Maï-Ndombe, cet assaillant a avoué ces actes barbares.


Ces arrestations non de moindre donnent espoir à la reprise d’une vie normale dans la région.

« Ces déplacés vont récupérer leurs villages et leurs champs. Les enfants vont rentrer à l’école », rassure Rita Bola. Pour elle, « l’armée fait son travail. Nous avons encore reçu deux bataillons avant hier ».

Lire aussi  Ituri : Une dizaine de corps des civils non identifiés flottent sur les eaux de la rivière Ituri (société civile)

Il faut souligner également que ces assaillants n’étaient pas mains vides lors de leur arrestation qui a permis la récupération de vingt (20) machettes, huit (8) flèches et six (6) calibres 12.

Pour les autorités du pays, une main noire se cache derrière ce conflit qui a vu ses débuts dans le territoire de Kwamouth, dans le Maï-Ndombe. Le Cardinal Fridolin Ambongo précise, pour sa part, que cette main noire « part de Kinshasa ».

Patrick Nguwo

 

Lire aussi

Les plus populaires