Conflit ICCN – Population riveraine à Beni : La société civile appelle au respect des engagements

Les gardes du parc national des Virunga ne cessent de procéder aux arrestations arbitraires de la paisible population riveraine. Préoccupée de « cette mauvaise habitude », la société civile, force vive du groupement Basongora appelle les deux (2) parties au respect de leur engagement pris il y a une semaine.

À travers son secrétaire rapporteur, la société civile fait savoir que pour la énième fois, les éléments de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) ont arrêté, samedi 5 novembre dernier, un agriculteur dans des champs en conflits, situés en dehors de la limite provisoire entre le quartier Congo ya Sika et le PNV. Selon elle, cet agriculteur a été le seul à être interpellé par ces éco-gardes parmi une dizaine d’agriculteurs qui ont été appréhendés dans ces champs.

Du côté de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, l’on explique que cet agriculteur a été interpellé « pour avoir créé un nouveau champ en violation du protocole signé à Kasindi » il y a une semaine entre les représentants de l’ICCN et les leaders locaux autour de l’administrateur militaire du territoire de Beni en vue d’un compromis provisoire de cessation des hostilités entre les parties en conflit.

Lire aussi  Rutshuru : des militaires FARDC "accusés d'utiliser les rebelles rendus dans les tracasseries des civils à Bwito"

Il n’y a pas longtemps, un protocole accordant aux agriculteurs œuvrant dans le parc national des Virunga une durée de soixante (60) jours pour la récolte de leurs cultures a été pris dans l’objectif d’éviter le conflit entre les éco-gardes des Virunga et la population riveraine.

JC Mbafumoja, à Beni

Lire aussi

Les plus populaires